Partagez | 
 

 PV ✿ Choisis bien tes derniers mots

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: PV ✿ Choisis bien tes derniers mots   Ven 3 Fév - 20:51

Il regarda d'un œil morne son café noir. Il le prenait toujours très noir, il n'aimait pas le couper avec du lait, ni avec du sucre. Le café devait être comme son état d'âme : corsé et amer. Il avait appris à être ainsi. Dans ce monde c'est comme ça que ça marche. Pourtant Thomas avait toujours été un garçon sensible. Mais bien que les choses puissent avoir de l'importance, elles ne vous empêchent pas d'être fort. Tom avait aussi appris cela avec un sourire. Il en but une gorgée et prit son temps pour reposer sa boisson. Il marqua un temps d'arrêt alors que la tasse n'était plus qu'à un petit millimètre du bois de la table. Elle sonna comme le carillon d'un glas quand elle retomba. Sonnant la fin du règne d'un journaliste mais peut-être aussi la naissance d'un homme.

Il se frotta le visage, emmêlant ses yeux avec son nez et ses lèvres avec ses oreilles. Sa moustache elle, par contre, resta docilement en place. Il soupira, fatigué. L'hiver était bien présent et il se plaisait à geler les cœurs. Des flocons fragiles de neige tombaient doucement du ciel et introduisaient les corps comme le mauvais sort. Ça pouvait être beau la neige. C'était blanc, c'était doux, ça illuminait le regard...
Thomas avait aimé la neige durant un temps, il s'amusait à faire des bonhommes avec sa fille. Une carotte pour le nez et des cailloux pour les yeux. Ils trouvaient généralement plus sympathique de ne pas lui donner de sourire. Elle trouvait que ça lui donner un coté plus sage.
En resongeant à Carmen, Thomas baissa les yeux et oublia la neige.

Il était là aujourd'hui pour rencontrer sa future colocataire, si celle-ci l'acceptait du moins. Il avait trouvé très facilement du boulot, ça n'avait pas été compliqué, le monde de la presse le connaissait. C'était pourtant pour un magazine culturel sans grande ambition qu'il s'était proposé. En voyant le grand reporter passer le pas de sa porte, le rédacteur en chef s'était presque jeté à ses pieds. Tom avait réussi à se faire acheter intelligemment : personne ne saura qu'il était à Londres ni qu'il travaillera pour le petit magazine. Ces conditions enlevaient toutes les chances à l'hebdomadaire de se faire mieux connaître et augmenter ses revenus. Si Thomas se faisait passer pour un autre homme, totalement inconnu dans la presse et chez le peuple, son pouvoir dû à sa notoriété n'aura aucun effet. A cette heure, il lui suffisait d'un nom pour plaire. Mais dans ces circonstances, le patron n'avait plus qu'un employé de plus à payer. Il aurait pu refuser, mais on ne refuse pas Thomas. Son sourire le lui avait bien fait comprendre.

Le boulot donc, n'était pas un problème. Le logement en était un par contre, même avec le plus beau des regards, le plus charmant des sourires et la plus brillante des popularités, les appartements restaient impassibles et ne se libéraient pas. Il vivait dans un petit hôtel depuis quelques temps mais il n'était pas fait pour ce genre d'endroit. Il devait se trouver un logis.
Pour son grand bonheur, il était tombé sur une annonce indiquant qu'une certaine Bethany Welmay recherchait un colocataire. Il avait appelé le numéro déclaré et s'était fait le plus tentant possible au téléphone. Cela ne consistait pas particulièrement en des grands éclats rires ni des tons excessivement enjoués. Il avait essayé d'être le plus agréable possible, il avait parlé d'une voix tranquille, peut-être un peu trop basse même. Il avait été responsable tout en essayant d'être le plus respectueux envers lui-même aussi. Il allait peut-être vivre avec elle et il ne fallait pas qu'il la trompe trop sur sa nature. Ils s'étaient donnés rendez-vous au Starbuck pour faire plus ample connaissance et voir si leurs conditions concorderaient. Il ne savait pas encore ce que cela avait donné dans l'esprit de la jeune femme mais il le saura certainement très bientôt. Par contre, Bethany, elle, lui avait laissé une bonne impression. Sa voix était égale, maitrisée, ce devait être une femme d'une assurance certaine. Il sourit en imaginant une splendide italienne, de belles boucles sombres et de petits yeux noirs. Il préféra chasser la belle de sa tête, craignant d'être déçu. Une femme entra alors, laissant passer un courant d'air frais et enneigé. Il frissonna brièvement en la détaillant. Elle sembla chercher quelqu'un. Il vérifia sa montre, c'était à peu près l'heure convenue. De plus, l'aura qu'elle dégageait correspondait plutôt bien à la voix du combinée. Il quitta sa table et s'avança, ses gigantesques yeux bleus se plissant sous un sourire ni trop grand ni pas assez, un sourire raisonnable et agréable.

« Mlle Welmay ? Bonjour, je suis Thomas, dit-il en tendant sa main d’ours, nous nous sommes eu au téléphone récemment. Vous permettez… ? »

Et il s'effaça sur le côté pour désigner sa table.
Il la fixait toujours mais avec plus de politesse : de sombres yeux bleus, un visage anguleux à la peau d'écume de lait et des lèvres rouges. Elle était loin de sa belle italienne mais elle n'était pas moins sympathique. A supposer que ce soit bien elle. Quelque chose souffla dans le cœur de Tom pour lui dire qu'il était préférable de ne pas trop se fier à son jeune visage. Il devait être prudent.



Dernière édition par Thomas L. Williams le Lun 6 Fév - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿ Choisis bien tes derniers mots   Dim 5 Fév - 10:32

La tête à l'envers, les mains délaissées sur le sol, j'observais d'un air pensif le plafond, mâchouillant un stylo que je n'avais pas quitté depuis mes 14 ans. Mes cheveux blonds formaient une cascade qui osait à peine toucher le sol. Dans mon silence, j'achevais les dernière lettres dans ma tête, entre les mots que pronnoncaient les Red Hot dans l'une de leur plus belle chanson ; Dosed . Contaminée..infectée, c'était un peu ce que j'étais. Les rêves parcouraient mes veines, chuchotant à mes oreilles quelques mots sucrés. Sans eux, je ne vivais plus. Souvent, papa me disait que dans mes yeux vivait un autre monde, bien qu'il mentait sans arrêt, je savais lorsqu'il disait la vérité, car a ce moment le temps semblait s'arrêter.. Le stylo tomba sur le sol dans un bruit sourd, me faisant légèrement sursauter sans pour autant le ramasser. Mon regard azure se hissa vers la fenêtre, à travers le verre quelques flocons descendaient du ciel. Quelques frissons parcoururent ma peau, alors que je basculai mon corps sur le côté pour en vain me relever. J'attrapai au passage mon crayon, puis jetai un regard insignifiant vers la petite horloge que j'avais soigneusement accroché à l'un des murs de cette pièce. J'avais fait en sorte que chacun d'entre eux porte une histoire, cela m'aidait, parfois. L'un portait le passé, l'autre le monde, celui avec la fenêtre autour de laquelle j'avais peint des oiseaux, me parlait de liberté, le dernier portait de simples mots peints en noir ; "Once upon a time..." .

Calmement, je baissai les yeux vers mes doigts tâchés d'encre. De tâches qu'étrangement je n'aimais pas enlever. Elles étaient pour moi la marque de mon imaginaire. D'un geste simple, je relevais mes cheveux en une simple queue de cheval que je glissais sur le côté. J'attrapais ma veste, enfilai mes chaussures, déposais un bonnet sur le coin de ma tête. Je me lançais un dernier regard à travers un miroir, histoire de m'assurer que j'étais un minimum présentable. Aujourd'hui était un jour peu commun ; je rencontrais Thomas, un éventuel futur colocataire qui, suite à notre conversation au téléphone, m'avait donné une illusion de confiance. Après avoir ajusté mon bonnet, je me précipitais dehors, claquant doucement la porte derrière moi. J'observai un instant autour de moi, les flocons de neiges tomber sur les visages innocents des passants. Quelques uns retombaient en enfance. D'autre grimaçaient, certains frottaient leurs mains gantées. J'appelais un taxi. " Au Starbuck's Coffee. "

Arrivée, je descendais rapidement du véhicule jaune, après avoir laissé quelques billets au chauffeur quelque peu grincheux. Je me dirigeai vers la porte et poussai cette dernière. La chaleur de l'endroit fit rougir mes joues, alors que derrière moi, la porte se refermait doucement. D'un geste assuré, je retirai mon bonnet et retirai de mes cheveux les quelques flocons qui s'y étaient arrêtés. Après quoi, je me mis à chercher du regard un visage que je n'avais jamais vu de ma vie, en fait...étrange situation. Jusqu'à ce qu'un homme ne s'avance vers moi, l'air aimable. « Mlle Welmay ? Bonjour, je suis Thomas, nous nous sommes eu au téléphone récemment. Vous permettez… ? » Dit-il en me tendant une main dans laquelle je glissais la mienne. " Ah c'est bien vous, je vous cherchais. Bonjour Thomas, eh bien moi c'est Bathany ". Les présentations avaient déjà été faites. Mais les choses étaient toutes différentes. Moi, je ne souriais pas, gardant mon air neutre et assuré, comme toujours. C'était ainsi. Thomas se mit sur le côté afin de laisser place à la vision d'une table que je devinais la sienne. Je m'avançais alors vers elle. " Tout va bien ? J'espère ne pas trop vous avoir fait attendre.."
.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿ Choisis bien tes derniers mots   Dim 5 Fév - 21:21

Elle lui passa sous le nez, sans sourire, sans éclat, bien qu'elle se soit présentée poliment. Ses talons claquaient sur la dalle fraiche et ses hanches se balançaient au rythme de son coeur qu'il devinait calme. Il la suivit en plantant ses yeux dans la chair de son dos, où tombaient de lourds cheveux blonds qui respiraient le blanc.
Il soupira silencieusement. Il était plus fatigué qu'il ne le songeait. Ses yeux lui faisaient mal et le temps jouait sa musique sur les portées disparues de ses épaules qui s'en affaissaient. Il pouvait même sentir son couteau creuser des rides sur son rond visage. Trouve tes derniers mots et c'est la fin.
Elle s'installa comme une reine sur son trône et la table serait son territoire. Il prit place en face d'elle, amusé, comme un fougueux révolutionnaire prêt au coup d'Etat.

« Tout va bien ? J'espère ne pas trop vous avoir fait attendre... »

Thomas était en droit de se demander si la question était sincère et elle pointa en effet le bout de son nez. Il assura que non, qu'il venait à peine d'arriver. Il sourit poliment encore. C'était devenu systématique mais rares sont les moments où ses sourires sont sincères. Dans ces cas-là, ils parlaient d'eux-même et il pouvait prétendre en avoir des magnifiques.
Il avait encore la griffure froide de ses doigts fins dans sa grosse main chaude. Cette froideur lui intimait la précaution, convaincre cette femme ne sera pas une mince affaire. Mais Thomas était sûr de lui. Il avait tiré les vers du nez des invités les plus coriaces, ce n'est pas une simple londonienne de moins de trente ans qui le fera pleurer.
Ils prirent commandes et Thomas paya les deux consommation. Il reporta son regard sur celui de la jeune femme. Il y avait quelque chose de figé dans le bleu de ses yeux, plus sombre que celui de Thomas, qui avait comme des fissures, comme une pierre claire azurée et erraflée de toutes parts. Il rejeta tout l'air de ses poumons.

« En ce qui concerne l'appartement, je peux vous assurer que je ne suis pas un colocataire ni bruyant, ni exigeant. Je suis un homme raisonnable. »

Il préférait aller dans le vif du sujet tout de suite, il n'était pas non plus homme à tergiverser. Il essaya de deviner comment elle pouvait bien être, mais son regard, semblable à celles des statues du parc de Versailles, laissait ses portes closes à sa vue. Il n'aimait pas beaucoup ça mais il se rendit rapidement compte, dans un élan de résignation qui l'accablait depuis qu'il était arrivé à Londres, qu'il s'en fichait.

« Et je ne dérange jamais personne au sujet de la vie sociale. »

Ajouta-t-il. Ensuite, il baissa les yeux sur son second café et tourna lentement sa cuillère dedans sans faire de bruits, bien qu'il n'y ait rien à mélanger.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿ Choisis bien tes derniers mots   Lun 13 Fév - 15:42

Une fois installée, je déposais mon sac sur le sol, dégagea quelques mèches rebelles de mon visage puis balançait le tout vers l'arrière, d'un geste simple. Pendant que Thomas s'installait face à moi. Les jambes croisées, les joues encore teintées par l'hiver, je pinçais mes lèvres écarlates au milieu de mon visage pâle, les yeux curieux, insolents, je voulais qu'il sache qui j'étais, ce néant qui était tout à la fois. Adolescente déchaînée, rêveuse infini. Je suis de celle que rien ne retient. De ceux que ce Monde sale aura poussés dans l'imaginaire. Bref. Sans le moindre sourire, je le dévisageais, sans gêne, alors qu'il prenait la parole pour m'assurer que je n'avais pas trop été en retard. De toute manière, qu'est ce que cela aurait changé. Je m'en moquais. Un peu. Je haussais simplement les épaules, suivant les traits sympathiques de son visage. Un homme, qui a du vécu, à la peau marquée par le temps. Je suivais les chemins que ces marques m'offraient, comme un livre ouvert. Étrangement cela me m'était à l'aise. J'en souriais.

Presque.

Aussitôt je baissais la tête, le temps de cacher mon regard confus. Il n'y avait que lui pour me trahir. Un serveur vint apporter nos commandes. Que Thomas régla, chose qui me mit d'avantage mal à l'aise. J'avais quand même un minimum d'éducation. Puisqu'en réalité je n'étais qu'un masque, une illusion, une apparence. Pour ne pas sombrer plus bas encore. Je me calais comme une enfant au fond de ma chaise, plongeant mon regard évasif au fond du café noir. J'entourais la tasse de mes doigts gelés, un sourire en coin. « En ce qui concerne l'appartement, je peux vous assurer que je ne suis pas un colocataire ni bruyant, ni exigeant. Je suis un homme raisonnable. » Doucement, je relevais les yeux vers les siens, il avait ce regard là que les écrivain ont la particularité d'avoir. Dans leurs yeux vivent d'autres mondes aux plages sans horizon. Un regard qui pourtant portait toute la vérité de par ces fissures qui craquelaient ses iris bleutées. J'avais repris mes airs indifférents. C'est ainsi que je survivais le mieux. « Et je ne dérange jamais personne au sujet de la vie sociale. » Puis il baissa son regard vers sa tasse, remuant dans un tintement singulier la cuillère qui s'y trouvait. " J'aime autant vous dire ; j'aime mieux cela. Je ne vous ai pas choisi par pur hasard. Pour ma part je ne suis pas vraiment présente. Mais cet appartement c'est un peu mon échappatoire. C'est à peu près le seul endroit où je peux écrire. Je pense que vous pouvez comprendre cela.." Je lui adressais un simple sourire, tout aussi insignifiant que mes airs habituels. " Vous y serez tranquille, si vous avez le temps je peux vous faire visiter." ajoutais-je calmement en apportant la tasse jusqu'à ma bouche.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿ Choisis bien tes derniers mots   Sam 18 Fév - 16:53

Nos yeux entrelaçés l'un en l'autre, un message tentait de s'y glisser. Thomas avait néanmoins beaucoup de mal à le saisir. Ce moment où tu sais que tu dois comprendre quelque chose, où un évènement passe sans que tu puisse mettre un simple mot dessus... ce moment où tu ne comprends pas et tu te sens bête. Les yeux d'un noir majestueux de Bethany coulait dans ceux de Tom mais un voile opaque les empêchaient d'introduire le cerveau. Il serra les lèvres, la fixant peut-être avec un peu d'impolitesse. Une fissure se fit dans son beau visage et ses commissures se relevèrent doucement mais pas assez pour que cela forme un sourire. Elle baissa les yeux et Tom en fit de même. Elle l'avait un peu troublé mais ce n'était pas la première à le faire alors il ne s'en formalisa pas. Carmen avait fait pareil une fois. Ca l'avait fait sourire, aujourd'hui par contre, ça le dérangeait plus. Il n'aimait pas beaucoup qu'une inconnue puisse ainsi flirter avec sa sensibilité avec tant de facilité. Il regarda un instant la jeune femme avant de boire son café. Elle ne devait pas vouloir le faire exprès. Autant penser ça oui, ce n'était qu'une femme après tout. Il reposa sa tasse qui sonna trop fort et trop froidement à son goût. Le regard baissé, il était un peu préoccupé. Il soupira quand le son calme et grave de la voix de Beth le fit relever les yeux, prêt à saisir l'éventuel message subtilement envoyé.

« J'aime autant vous dire ; j'aime mieux cela. Je ne vous ai pas choisi par pur hasard. Pour ma part je ne suis pas vraiment présente. Mais cet appartement c'est un peu mon échappatoire. C'est à peu près le seul endroit où je peux écrire. Je pense que vous pouvez comprendre cela... »

Elle lui adressa un sourire innofensif auquel il répondit par politesse même s'il n'avait pas réellement envie de se réjouir. Elle était un peu dérangeante. Qu'est-ce qui lui dit que je pourrais comprendre ? Thomas ressemble à la fois à un homme mais aussi à rien. Il avait une tête à tout mais aussi à rien : il avait la moustache, tel un charpentier, mais elle était trop fine alors on pencherait plus pour le banquier. Il était élégant comme le mondain mais ses rires étaient trop forts pour qu'il en soit un. En fait, il ressemblait à tout comme à rien. Et rien en lui, à son avis en tout cas, n'indiquait qu'il écrivait. Bien sûr, c'était justement le cas en fait, et c'était ça qui l'inquiétait. Avec aucune indication elle le perse. Elle avait un nom et une image... aujourd'hui, c'était suffisant pour connaître quelqu'un. Il déglutit. Oh... mais peut-être savait-elle justement. Thomas était plus à découvert que les autres : il avait été important. Peut-être savait-elle ? Il n'était pas une grande star de la chanson conformiste ou un bel acteur... mais Bethany ne ressemblait pas à ces filles qui se damneraient un magazine. Il y avait quelque chose de plus fin chez cette femme. Mais aussi de vide. Son visage sans expression et ses yeux atones indiquaient qu'il lui manquait quelque chose...
Thomas prit son café et en bu une autre gorgée, se détachant de son regard. Ce n'était qu'une femme.

« Vous y serez tranquille, si vous avez le temps je peux vous faire visiter. »

Il sourit avec un peu d'ironie, il doutait fortement que Bethany puisse comprendre. Il était tout sauf tranquille. Et le fait de ne pas l'être l'agaçait encore plus. Il finit d'un trait son café amer et lui sourit.

« J'ai tout mon temps. »

Ils se levèrent et prirent la sortie, rebravant le froid mordant d'un Londres rageusement hivernal. Leurs cheveux volèrent dans la figure de l'autre et les manteaux se fermèrent difficilement. Près de la jeune femme, Tom se sentit assez petit quand même... il faut dire, ce n'était pas un homme très grand. Physiquement du moins. Bon.
Il regarda à droite à gauche avant de se décider à y aller. Il avait un peu repéré les lieux avant de venir et savait où se trouvait l'appartement. Ils marchèrent silence un instant, tous deux dans leurs pensées. Il y en avait d'ailleurs bien une qui tracassait le journaliste. Il reprit les propos de la jeune blonde :

« "Je ne vous ai pas choisi par pur hasard" ?»

Ce détail ne le dérangeait pas comme le sujet de l'écriture, il ne faisait qu'attiser sa curiosité. Il n'avait rien précisé sur lui avant qu'il ne se rencontre. Pas d'âge, pas de profession. Juste un nom...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: PV ✿ Choisis bien tes derniers mots   

Revenir en haut Aller en bas
 

PV ✿ Choisis bien tes derniers mots

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quelques bons mots choisis de nos sportifs, les footballeurs sont très présents.
» similitude entre mots normands et mots amérindiens
» comment bien écouter 1 enfant de 8 ans ?
» UN BONNET SUPER SIMPLE... ET BIEN CHAUD !
» stephan gendron au show du matin WOW! bien dit!!!!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BE AN ARTIST ϟ :: LE HORS JEU :: 
RPS TERMINÉS.
-