Partagez | 
 

 PV ✿ Je me sens si seul le vrendredi soir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: PV ✿ Je me sens si seul le vrendredi soir   Dim 5 Fév - 14:45

Il posa ses coudes sur la table et joignit ses grosses mains en mêlant ses doigts dans un nœud complexe. Il darda ses yeux bleus dans ceux sombres de son neveu. Il avait parfois l’impression de voir un jeune poulain plutôt qu’un jeune homme. Il le fixait comme le ferait un père qui s’apprête à gronder son fils capricieux. Il dissimula un mince sourire derrière ses grosses pattes. Seth avait été envoyé à Londres par ses parents, désespérés par l’incapacité totale de leur enfant à se prendre sérieusement en main. Quand le jeune adulte était arrivé, Thomas était déjà installé depuis des mois dans la capitale, avec une autre jeune écrivaine de plus de vingt ans sa cadette nommée Bethany. Il s’était mis d’accord avec son frère Dakin pour qu’il s’occupe de lui. Il l’avait aidé à se trouver un appartement et un petit boulot. Tom et Seth se sont toujours plutôt bien entendu, sans plus ni moins. Il faut dire que Dakin vivant à Paris et Tom à New York, la communication et les réunions de famille n’étaient pas faciles à entretenir, alors l’homme et son neveu ne se connaissaient pas si bien que ça. L’irresponsabilité du dernier aurait pu déranger le premier mais au final il le vivait bien. Seth comptait sur lui, surtout pour ses études. Thomas avait accepté de l’aider pour ses études artistiques, le jeune garçon vivait vraiment sa musique et il avait aussi eu des instants de créativité qui l’avaient rendu sensible à l’art. Il était bien placé pour le comprendre. De plus, le soutien qu’il lui apportait lui apportait une sensation d’assurance et de bien-être qu’il prenait comme des bouffées d’air frais.
Alors que ses parents le croyaient en école de commerce, Seth caressait les touches laiteuses d’un piano sous son regard protecteur.
Ils se retrouvaient toutes les semaines pour un déjeuner. C’était Thomas qui avait imposé cette règle. Il ne lui avait pas dit la réalité sur ses raisons. Il n’arrivait même pas à se les dire à soi-même, sa fierté le lui interdisant.

« Seth… »

Il parlait d’une voix un peu enrouée et grave. Un timbre connu aux Etats-Unis mais ignoré à Londres.
Il s’interrompit quand une serveuse leur déposa leur plat. Il prenait toujours la même chose : poisson mariné avec assortiment de légumes et ensuite, il s’offrait un bon plateau de fromages avec un bon vin français. C’était le seul instant de la semaine où il se permettait des folies. Le restaurant était calme, les clients n’abondaient pas et étaient sages. C’était un lieu agréable, Thomas s’y sentait toujours très bien, détendu, serein, apaisé. Il prit ses couverts et les changea de main. Il était droitier et pourtant il ne coupait que de la main gauche. Etrangement, tout le monde remarquait ce changement qui n’avait pas d’importance particulière mais qui contenait une petit quelque chose de spécial. Un quelque chose de Thomas Lanier Williams. Il dit, avant de porter sa fourchette de poisson à la bouche.

« C’est pas un nom ça, Seth… on dirait un chien… »

Il mâcha précautionneusement, cherchant l’arrête qui se cachait peut-être tout en crochetant son regard amusé et provocateur sur celui de son neveu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿ Je me sens si seul le vrendredi soir   Dim 5 Fév - 15:49

    Le regard de Seth s’hasarda sur les quelques tables voisines occupées. Un vieux couple silencieux et austère, une dame seule au visage triste qui fixait la porte d’un air résigné… il ne reverrait jamais ces gens, mais il arrivait à compatir à leur sort. Ce qu’il donnerait pour ne pas finir comme eux !
    Un mouvement devant lui le ramena à la réalité. Son oncle avait joint ses mains sous son menton et l’observait à présent d’une mine sévère. Une moue qui n’était pas sans rappeler à Seth l’expression qu’avait si souvent arborée son père les vingt-quatre dernières années, on pouvait constater un air de famille indéniable. Même s’il n’était plus de sa première jeunesse, il émanait de Thomas Williams une aura raffinée, un charme certain qui résistait malgré un certain embonpoint et ses rides qui commençaient à être un peu marquées. Au dehors des apparences, le jeune homme connaissait peu son oncle paternel. L’un ayant vécu à Paris et l’autre passé toute sa vie à New York, avant l’installation de Seth à Londres, leurs précédentes rencontres pouvaient se compter sur les doigts de la main. Mais voilà, il avait été exilé. C’est le mot. Adieu la France et sa vie de pacha aux frais de ses parents. Son père en avait eu marre de voir son fils se la couler douce, à faire la tournée des piano-bar de la ville tous les soirs pour une poignée d’euros par mois et l’espoir non-feint de se faire repérer. Dakin Williams n’était pas un rêveur et il avait le sens des réalités et savait que la musique n’était pas un milieu stable pour en vivre toute sa vie. Du jour au lendemain il avait expédié son fils à Londres, où son frère s’était établi depuis quelques mois. Seth devait beaucoup à ce dernier, non seulement il l’avait été à trouver où dormir (autre part que sous un pont), et surtout il le couvrait. Thomas mentait sur la filière qu’avait choisi son neveu, et pour ça, le jeune homme lui en serait éternellement reconnaissant : la musique c’était sa vie. Il n’avait fixé qu’une condition à cet accord : un brunch par semaine, ce dont Seth s’était accommodé avec joie.

    « Seth… » Commença-t-il d’une voix grave et profonde, ce genre de voix qui peuvent faire taire une foule de groupies, qui inspirent le respect instantanément. Il se tût quand une serveuse déposa sur la table leurs commandes. Si Tom prenait toujours la même chose, Seth aimait le changement et c’était fixé pour objectif toutes les combinaisons possibles et farfelues imaginables aujourd’hui c’était un mélange sucré/salé, l’essence même du brunch : une tartine beurrée à la confiture de framboise accompagné de Fish and Chips. Ca n’avait pas vraiment l’air appétissant mais il fallait goûter. Par mesure de précaution il versa quand même un peu d’eau dans son verre à pied.

    « C’est pas un nom ça, Seth… on dirait un chien… » Déclara Thomas avant de prendre une bouchée de son plat et de la mâchée méticuleusement. Seth quant à lui fut un peu pris de court, il devrait être habitué, à force, des remarques provocatrices de son oncle mais elles avaient toujours le mérite de lui ôter des mots de la bouche.

    « Tout le monde n’est pas doué pour nommer ses enfants. Tu préfères Ambroise ? Le prénom que maman m’a choisi ? Je préfère encore Seth. » Répliqua-t-il un peu sur la défensive. Il n’aimait pas son second prénom, même en France les gens trouvaient cette consonance bizarre, et pensait souvent qu’il appartenait à une fille. Le jeune homme savait déjà que ce combat mené contre son oncle était perdu d’avance, lui qui appelé sa fille Carmen.


Dernière édition par Seth A. Williams le Dim 5 Fév - 22:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿ Je me sens si seul le vrendredi soir   Dim 5 Fév - 17:10

Thomas trouvait le poisson meilleur que la semaine dernière et encore, jeudi dernier, il avait été très bon déjà. Il ne quittait pas du regard le jeune homme, s'amusant de ses réactions. La spontanneité du garçon était agréable et pouvait vous rendre simplement joyeux. Thomas profitait de ses déjeuners du jeudi. Il travaillait pour le magazine Critical, où il régnait une atmosphère pénible d'embarras. Ces collègues n'osaient pas l'approcher. Naturellement ils le connaissaient, il n'était pas n'importe quel journaliste et ils étaient soit, paralysés par l'admiration, soit figés par la jalousie. Dans les deux cas, Thomas se retrouvait seul. Les journées devenaient longues malgré l'hiver et de plus en plus pesantes. Alors, retrouver Seth qui souriait et discutait avec lui sans aucune confusion devenait un instant apaisant qu'il ne fallait pas gâcher. Aussi ne lui disait-il pas comment il vivait ses journées -ou restait très vague sur le sujet- aussi détournait-il habilement la conversation quand on en venait à son déménagement à Londres...
s'il fallait parler des sujets qui fachent, il les évoquera lui-même.
Il sourit quand Seth réagit.

« Tout le monde n’est pas doué pour nommer ses enfants. Tu préfères Ambroise ? Le prénom que maman m’a choisi ? Je préfère encore Seth. »

Il avala rapidement pour pouvoir rire sans s'étrangler. Quelques carottes restées coincé dans sa gorge modulèrent sa voix et elle parut étrange. Il but et se racla la gorge. Il enchaina, sa voix encore un peu enrouée. Il n'était plus aussi calculé quand il était avec Seth. Déjà parce que lui, il savait qui il était, quel brillant journaliste il fut, et donc il pouvait lui parler sans avoir peur de se trahir ; et aussi parce qu'ils avaient tous les deux appris à s'apprécier comme deux membres de la famille plutôt que deux hommes.

« C'est vrai que Dakin a toujours été un homme de mauvais goût... sauf pour se choisir une femme à la limite... »

Thomas appréciait beaucoup la jeune française. Bien qu'elle ait les mêmes exigeances que son mari concernant l'avenir de son fils, Elise était une femme compréhensive et il savait qu'elle n'avait pas été totalement d'accord pour envoyer Seth à Londres au début. Elle avait fini par céder, certainement quand elle a su que son beau-frère sera là pour le garçon en cas de besoin. Dakin était le grand frère de Thomas et des deux, c'était ce dernier qui avait réussi. Dakin avait mal vécu la réussite de son frère, estimant que c'était à l'ainé de montrer l'exemple. En étant sincère, des deux hommes, c'était aussi Thomas qu'on préférait dans la famille. Leur mère était folle de ses deux garçons mais c'était toujours Thomas qu'elle bordait le plus longtemps. Il soupçonnait son frère d'exercer une pression importante sur Seth juste parce qu'il ne voulait pas qu'il devienne comme son père. La famille de Seth comptait surtout sur l'apport financier d'Elise. C'était elle qui apportait le plus gros pain à la maison. Dakin lui, bien qu'il soit autoritaire et sûr de lui, était plus palôt qu'on ne le songeait et Thomas le savait. Bien que l'Atlantique les séparait, les deux frères se connaissaient encore.
Il se reprépara une fourchette, attirant les légumes du couteau.

« Ambroise c'est sympa oui... c'est original, ce n'est pas comme si tu t'étais appelé comme Mr. Tout-le-monde. Tu ferais sensation auprès des filles. Ambroise c'est un nom qui en dit très peu. Il y a un coté mystérieux. Ambroise, c'est l'alcool des dieux... »

Il repris une bouchée et pris son temps pour en savourer le goût. Il grimaça. De la langue, il guida une arrête jusqu'aux bords de ses lèvres puis du pouce et de l'index, il la retira en la posant sur serviette. Il ajouta en regardant l'os.

« Si tu avais été mon fils, je t'aurais appelé David. Mais pas Seth. Il se répéta, comme s'il y croirait plus en le redisant. C'est pas un nom, ça, Seth. »

Il regarda d'un oeil prudent son poisson avant de le reporter, curieux, sur l'assiette de son neveu. Prit séparemment, les plats étaient alléchants, ensemble, cela donnait un rendu bizarre. Il fit une petite moue.

« C'est bon ton... ? »

Il ne savait pas trop comment terminer sa phrase. Pouvions-nous vraiment qualifier ceci de repas ? Il releva ses yeux vers ceux de Seth, inquiet.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿ Je me sens si seul le vrendredi soir   Dim 5 Fév - 22:53

    C’est vraiment dégueulasse ! Fut la première pensé qui passa dans l’esprit de Seth dès qu’il eut dégluti la première bouchée de son étrange plat. Néanmoins il retint de faire la grimace comme un gamin de cinq ans aurait tiré à la vue de choux de Bruxelles. Il descendit son verre d’eau cul sec et se resservit. Deux fois. Heureusement son oncle devant lui été trop occupé à s’étouffer avec la garniture de son poisson pour prêter une réelle attention à son petit manège. Bon sang mais pourquoi j’ai pris de la framboise ? Je déteste ça ! Il avait même hésité pendant de longues minutes, quand il avait déchiffré la carte du restaurant et les différents parfums de confitures. C’avait été son deal de la journée, et il avait eu du mal à trancher : fraise, abricot, myrtille, il avait eu l’embarra du choix et pour une raison inexplicable il avait choisi l’un des seuls parfums qu’il n’aimait pas vraiment. Son petit côté masochiste sans doute. Ou bien l’étrange proximité sonore que son second prénom avait avec ce fruit : Ambroise, framboise, c’était l’histoire de deux petites lettres. Quand il y repensait sa mère ne l’avait jamais, jamais appelé Seth. A l’instar de Thomas, elle n’affectionnait pas ce nom, c’était son père qui avait dû la forcer à accepter, il aimait quand tout allait dans son sens et toujours tout contrôler. Le jeune homme ne savait pas comment sa mère faisait pour le supporter … mais pour le coup elle ne s’était pas entièrement pliée, et avait continué à désigner son fils par le prénom qu’elle avait choisi : Ambroise. Il avait appartenu à son grand-père, un résistant pendant la Seconde Guerre mondial, mort pour son pays. Finalement quand il y songeait il était fier de porter ce nom, il avait appartenu à un homme mort en héro, et qui jusqu’au bout s’était respecté, lui-même et ses principes. Le genre d’homme Seth avait comme modèle.

    « C'est vrai que Dakin a toujours été un homme de mauvais goût... sauf pour se choisir une femme à la limite... »
    déclara Thomas, une fois qu’il eut retrouvé une voix normal. Pour une fois, Seth était complètement d’accord avec son oncle. Il fallait voir les accoutrements que portait son père parfois … c’était juste à mourir de rire ! Lui, il se croyait chic, avec un air rétro qui lui donnait de l’élégance, au regard du monde il passait juste pour un prof d’histoire ayant du mal à boucler ses fins de mois. Et ce n’est pas comme si Alice, la petite sœur de Seth, n’avait pas essayé de le relooker ou de brûler les pires affaires (celles qui pourraient être passibles de prison). Il s’en rachetait d’autre, plus laides encore. C’était un cauchemar, surtout qu’Alice commençait à avoir des tendances pyromanes. Seth pouvait s’estimer heureux d’avoir un peu plus de gout quand il s’agissait de s’habiller, un peu comme sa mère en fait. Le jeune homme se contenta d’hocher la tête vigoureusement en signe d’approbation.

    « Ambroise c'est sympa oui... c'est original, ce n'est pas comme si tu t'étais appelé comme Mr. Tout-le-monde. Tu ferais sensation auprès des filles. Ambroise c'est un nom qui en dit très peu. Il y a un coté mystérieux. Ambroise, c'est l'alcool des dieux... » poursuivit son oncle avant d’avaler un morceau de son poisson qui avait l’air succulent, surtout quand on le comparait avec l’autre assiette posée en face. Seth rit de bon cœur au propos du vieil érudit qui étalait sa science.

    « Je crois que je n’ai pas besoin de dire mon prénom pour faire sensation au près des filles ! » dit Seth, hilare. Ce n’était pas son genre de se vanter comme ça de ses exploits auprès de la gente féminine, mais il savait que son oncle ne le prendrait pas au premier degré. Ou du moins il l’espérait.

    « Si tu avais été mon fils, je t'aurais appelé David. Mais pas Seth. C'est pas un nom, ça, Seth. » il continuait à bougonner, et en plus il se répétait. A quarante-cinq ans pouvait-on commencer à radoter comme un vieil ancêtre ? Ceux assis sur un banc, canne à la main à l’entrée des petits villages, ceux qui s’échangeaient les même cancans depuis plus de vingt ans … Le sourire de Seth s’accentua un peu plus à cette idée. Thomas était un homme plein de vie et vif d’esprit, et l’imaginer une canne à la main était presque ridicule. L’ancêtre, c’était un surnom parfait et plein de poésie pour définir l’homme qui se tenait en face de lui ! Ce dernier jeta soudain un coup d’œil dubitatif sur l’assiette de Seth et demanda d’un ton assez sceptique :

    « C'est bon ton... ? »
    Seth choisit de faire son téméraire, coupa un bout de sa tartine, mis un peu de Fish and Chips dessus, bloqua sa respiration, et engouffra la chose. Il mâcha le plus vite qu’il put et avala. Il n’avait jamais été très doué pour faire de l’apnée. Lentement, sa main agrippa le pied de son verre et c’est avec plaisir qu’il senti un filet d’eau rincer son palais. Une fois que ses papilles nettoyées, il adressa son plus beau sourire à son oncle.

    « Le truc le plus ignoble que j’ai jamais mangé ! Et si tu savais toutes les horreurs que j’ai déjà eu l’occasion d’engloutir dans ma courte existence ... »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿ Je me sens si seul le vrendredi soir   Lun 6 Fév - 0:26

Il l'assura que son charme n'avait pas besoin de son nom. Thomas pouffa et soupira un « Fanfaron... » égayé. Il attrapa son verre d'un geste distingué et le porta à ses lèvres qui arboraient un immense sourire. Il regarda son pauvre neveu manger l'atrocité dans son assiette. Il s'étonnait même que cette dernière ne se soit pas déjà brisée sous l'horreur que ce devait être. Il mâcha en souriant et Thomas vit bien le charisme et l'aura particulière aux Williams dans ses lèvres. Seth... ou Ambroise, oui, Thomas préférait Ambroise ; Ambroise, donc, n'était pas le fils de Dakin. Et si c'était vraiment le cas, ça ne le surprendrait pas. Seth avait cette lueur dans le regard et ces fossettes aux joues qui ne pouvait que le rendre attirant. Un bouffée de fierté envahit le quarantenaire. Il avait été comme ça lui aussi, aujourd'hui il était plus tranquille, il s'était posé. Ou peut-être était-ce de la fatigue. La fatigue de celui qui avait mené toute une vie qui n'était pas la sienne. Il y avait bien sûr des choses, des accomplis pour lesquels il se retourne, et parfois avec élan. Il y avait Carmen, bien sûr. Il chassa sa petite fille de son esprit, ce n'était pas le moment de pleurer. Le sourire de celui qui a réussi, de celui qui voit la vie comme elle est et qui la brave comme il peut explosa sur la bouche d'Ambroise. Il osa enfin boire son verre une fois qu'il ait avalé sa bouchée.

« Le truc le plus ignoble que j’ai jamais mangé ! Et si tu savais toutes les horreurs que j’ai déjà eu l’occasion d’engloutir dans ma courte existence ... »

Ils rirent. Le jeune homme avait quand même bu plusieurs verre pour faire passer le tout. Quand leurs éclats furent calmés, il se regardèrent un petit instant, d'étranges lumières au fond des yeux. Un long silence particulier s'était soulevé dans l'air. On tente ? Oui on tente. Thomas allongea le bras, se coupa maladroitement un bout de tartine, se prit un peu de fish'n'chips et essaya l'expérience. Il prit l'expression la plus concentrée du critique culinaire qu'il put, un doigt sur les lèvres alors qu'il mâchait, les yeux fixés au ciel comme s'il allait lui donner le savoir.

« Un artifice contrôlé, plein de nuances, ce croquant, ce fruité... on a jamais rien vu de meilleur ! »

Et il avala sans grimace sa portion. Il leva le menton en signe de supériorité. Thomas était un homme élégant et avait parfois quelques manières mais il redevenait un homme humble devant certaines personnes, comme Seth ou Hope. Il plaisantait surtout, comme en ce moment.

« Petit insolent, tu ne sais pas ce que c'est réellement que d'avoir faim ! Tu n'as pas été élevé au milieu des poules et des cochons ! »

Et il sourit, dévoilant enfin ses dents alignées et blanches. Il engloutit rapidement une fourchette de poisson -qui était vraiment, mais vraiment excellent- pour oublier à ses papilles sensibles l'horreur qu'il venait de leur faire subir. Il reprit une gorgée. Les poules et les cochons. Quand il commencera vraiment à être un peu gâteux, il s'installera en Sicile et il élèvra des vaches, des chèvres, des cochons, des poules et peut-être même des lapins.
Il aura une vie tranquille sous le soleil du sud de l'Italie. Et Carmen passera le voir. Et peut-être même Ambroise, s'il en a envie.
Les parents de Thomas étaient de véritables paysans, pas de ces agriculteurs qui entassent le bétail comme des bouteilles en cave. Il avait grandit parmi les bêtes et avait su les aimer. Il avait bien envie de finir sa vie avec eux. Retour aux sources. Oui, lui, Thomas Lanier Williams, le brillant et provocant journaliste, vivra ses derniers jours au milieu de l'engrais et du crottin.
Il reposa son verre.

« Au fait, Hope veut nous retrouver au London Eye, c'est tout près je crois non ? Dans à peu près 1h30... »

20 ans séparaient Ambroise de Thomas et 25 Thomas de Hope. Qui aurait cru que ces trois-là formeraient un trio infernal et, bien qu'ils s'explosaient entre eux, uni ?
Thomas et Hope partageaient ce même attrait pour le septième art, même si la jeune femme était plus concernée -et donc plus renseignée- par ce domaine. Etre avec ces deux jeunes gens lui redonnait la vie. Ca faisait longtemps qu'ils ne s'étaient pas vu, il fallait qu'ils se revoient. Discuter un peu, rire, se disputer, critiquer. C'était une chose qu'ils savaient bien eux-trois. Mon Dieu ! Elle a osé mettre cette jupe avec ce haut ? Il rit, vraiment heureux à l'idée de retrouver la jolie blonde. Il reprit son air faussement suffisant avec un sourire.

« Elle est folle de moi, tu la connais... »

Thomas aimait s'imaginer des vies, élaborer des scénarios, anticiper un dessein. Il était assez rêveur, plus qu'on ne le pense, plus qu'il ne le pense lui-même. Ecrivain aurait dû être son métier. Il n'aurait peut-être pas aussi bien réussi qu'en étant journaliste mais au moins il aurait été heureux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿ Je me sens si seul le vrendredi soir   Lun 6 Fév - 17:04

    Seth surveillait cette femme depuis un bon moment. Discrètement, du coin de l’œil. Au fur et à mesure que les minutes passaient sa résignation mutait en un mélange de tristesse, d’orgueil bafoué, une pointe de colère. Le jeune homme le percevait très bien, malgré les quelques mètres qui les séparaient, celui qu’elle attendait n’arriverait jamais. Il se sentait presque mal d’être aussi rayonnant. Mal pour cette inconnue désemparée. Mais c’était la vie, il y aurait des gens plus heureux que d’autres. Et à cette période de son existence, même si Seth était loin de son air parisien si familier, de ses plus vieux amis, il se sentait vraiment épanoui et il ne changerait ce sentiment pour rien au monde ! Son oncle lui aussi, décida de se montrer audacieux, il prit un morceau de tartine et imita Seth. Au grand regret de ce dernier, il ne grimaça pas, il ne recracha pas, il ne vida pas d’un trait son verre de vin. Il se contenta de sourire d’un air supérieur qui signifiait : petit joueur, gamin !

    « Un artifice contrôlé, plein de nuances, ce croquant, ce fruité... on a jamais rien vu de meilleur ! » affirma Thomas, tel un fin gourmet. Seth se retint de railler qu’un bon burger bien gras et totalement déséquilibré était bien plus succulent que cette espèce de chose infâme, mais il pipa mot. Mieux valait que son oncle ne le pense pas totalement puéril, même si ça amusait beaucoup Seth de tenir ce rôle. « Petit insolent, tu ne sais pas ce que c'est réellement que d'avoir faim ! Tu n'as pas été élevé au milieu des poules et des cochons ! » continua le vieux bougon sur sa lancé. Seth réfléchit quelques secondes et sorti une remarque pleine d’esprit qui l’étonna lui-même. « A notre époque il y a d’autres sortes de poules et de cochons, rends-toi à Paris, tu le verras de toi-même notre monde est en perdition. » Le jeune homme ajouta un haussement d’épaules désinvolte pour accompagner ses propos. Il était beaucoup plus fin qu’il voulait le faire croire, c’était là toute sa force. Il laissa de côté sa tartine de confiture, et finit de manger son plat comme une personne normalement constituée l’aurait fait : séparément. C’était largement meilleur.

    « Au fait, Hope veut nous retrouver au London Eye, c'est tout près je crois non ? Dans à peu près 1h30... » Seth écarquilla les yeux et haussa les sourcils, surpris. Hope ? Et pourquoi « nous » ? Elle ne voulait pas LE retrouver en tête à tête ? Avec son oncle il aurait l’impression d’être chaperonné, aussi sympathique qu’il était, il était aussi de sa famille. C’était comme regarder un film pour adulte avec sa mère, c’était glauque. Bon, peut-être pas à ce point, mais presque ! Seth grimaça à cette idée. Expression qui se transforma en un sourire quand il repensait aux fréquentations de son oncle : sa coloc était une magnifique petite blonde de dix-neuf ans maximum, il l’avait croisé quelques fois en coup de vent, et elle lui avait fait bonne impression. Il ne fallait pas avoir froid aux yeux pour habiter dans la même maison d’un homme seul, inconnu, et qui pouvait être son père, voir pire. Hope quand à elle était aussi une jeune blonde, ravissante, que Seth avait rencontré quelques semaines plus tôt. Ce qu’il ne savait pas c’est que Thomas aussi, et depuis il ne s’était enchainé presque que des rendez-vous à trois. Le jeune homme n’était pas du genre jaloux mais il aurait bien voulu se la garder pour lui, Hope.

    « Elle est folle de moi, tu la connais... » ajouta l’ancêtre comme s’il avait lu dans ses pensées. Seth s’esclaffa, il adorait l’autodérision. Oui, Hope et Thomas étaient faits l’un pour l’autre, c’était clair. Mais son oncle ne devrait pas trop s’avancer, Hope était courtisée par de nombreux prétendants, ou au moins deux. Le beau brun en avait fait les frais, et s’était attiré les foudres d’un autre garçon qui ressemblait vraiment à un chien de garde. Avec beaucoup, beaucoup de tatouages.
    Dans un geste très élégant, Seth, vérifia ses odeurs corporelles, qui étaient très acceptable, et avisa sa tenue. Aujourd’hui, comme toutes les fois où il dinait avec son oncle il s’était impeccablement sapé. Bye bye les sweat à capuches qu’il affectionnait, bonjour chemises et veste distinguées. Ca lui allait aussi très bien mais c’était bien moins confortable. Il soupira.

    « Tu m’inviteras à votre mariage ? Je veux bien porter ta traîne … ah et merci de me prévenir, je n’ai même pas le temps de me changer. Regarde moi, je ressemble à un pingouin ! »
    Dans sa tête Seth calculait déjà le temps que prendrait un aller-retour chez lui pour se trouver d’autres vêtements. Il n’aurait qu’une vingtaine de minutes de retard … s’il courrait un peu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿ Je me sens si seul le vrendredi soir   Lun 6 Fév - 18:26

« A notre époque il y a d’autres sortes de poules et de cochons, rends-toi à Paris, tu le verras de toi-même notre monde est en perdition. »

Il se figea et ses couverts restèrent enfoncé dans la pauvre chair du poisson. Il regarda un instant son neveu avec une surprise non-feinte. Il savait qu'Ambroise était un jeune garçon intelligent et subtil, pourtant, voir ces éclats de génie si rare était toujours assez impressionant. Il porta lentement la fourchette à sa bouche sans le quitter des yeux, comme pour ne pas perdre la caresse étrange de l'homme d'esprit sur le visage de Seth. L'étudiant lui avait souvent montré qu'il n'était pas un veau, mais il faut avouer que parfois, il était affolant de simplicité. Il sourit. Il connaissait suffisamment bien sa famille et son neveu pour comprendre maintenant. Ou faire au moins semblant.

« Tu m’inviteras à votre mariage ? Je veux bien porter ta traîne … ah et merci de me prévenir, je n’ai même pas le temps de me changer. Regarde moi, je ressemble à un pingouin ! »

Il lui lança un oeil joueur. C'était fou comme il pouvait se ressembler ces deux bougres pas moment. Un étrange sourire naquit. Thomas savait que le jeune homme avait des vues sur Hope. Il retint un rire. S'ils avaient tous les deux le charme et l'humour, Ambroise avait la beauté. Mais Thomas contrebalançait avec son esprit cultivé. Un vrai combat de coqs. Mais le vieux loup qu'il était savait qu'il était temps de laisser place à la jeunesse. Il avait toutefois encore envie de s'amuser un peu, le vieux n'était pas encore bon à enterrer. Il se racla la gorge. Il avait fini son assiette. Il ne commanda pas son plateau de fromage, il n'avait déjà plus faim. Son appétit décroissait mais il ne s'en inquiétait pas. Il trouvait ça normal. Il repoussa l'assiette et mis son verre au centre. Qu'Ambroise le veuille ou non, il allait devoir attendre qu'il l'ait fini avant de partir retrouver Hope. Un sourire coquin se dessina sur ses lèvres quand il remarqua que ses fréquentations dans la gente féminines étaient principalement tournée vers les jeunes blondes canons. Ah... Thomas avait toujours eu bon goût même s'il savait très bien apprécier les brunes. Il regarda par la fenêtre, l'air un peu plus perplexe. Ca faisait longtemps qu'il ne s'était pas trouvé de fille. Après un soupir, il dit.

« Tu es très bien comme ça, élégant, classieux... Il lui fit un clin d'oeil. T'es craquant, tu le sais mignon ? Il sourit largement. Tu vas lui plaire, ne t'encombre pas la tête avec ça. »

Il finit son vin et regarda le fond du verre en savourant encore une dernière fois du corsé de la boisson de bon goût. Il prit une grande inspiration et se leva, attrapant son long manteau noir. Il regarda d'un oeil moqueur son neveu payer. Ca faisait parti du deal. L'étudiant parfait avait beau être fauché, il pouvait bien payer un brunch à son pauvre oncle usé par la vie. Il le regarda un instant, comme s'il avait remarqué un défaut. Il regarda les grosses boucles brunes du garçon.

« Quoique... de toute façon, il n'y a pas la place. »

Et il se retourna sur la sortie. Ca c'était méchant et Thomas en était fier. Il attendit l'exclamation avec délice. Comme l'homme sur le point de jouir. Il le héla. Puisqu'on parle de ça.

« Au fait ! Tu vis bien ta reconversion avec ton colocataire ?
Il lui jeta un bref regard et dit plus bas. Ce doit être quelque chose que de découvrir qu'on préfère les bites aux vagins.»

Etrange que d'entendre cet homme distinguée parler avec autant de grossierté. Sur ce point, là aussi, il était bien différent de son frère. Dakin était coincé et d'une politesse dégoulinante d'hypocrisie. C'est peut-être à cause de lui que Tom était devenu aussi léger et ouvert sur différents sujets. Ce besoin de ne pas être aussi barbant que Dakin. D'un autre coté, il ne voulait pas non plus qu'on le prenne pour un homme vulgaire, aussi savait-il nuancer. Il se retourna une fois arrivé à la porte et l'attendit. Il rentra son écharpe dans son manteau, y fourra son nez et engouffra ses mains dans ses poches, prêt à braver le froid perçant de Londres en hiver.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿ Je me sens si seul le vrendredi soir   Mar 7 Fév - 17:47

    Les patins de la chaise glissèrent sur le parquet ciré en un bruit feutré. La femme s’était levée, brusquement, sans crier gare. Amertume. Elle ramassa ses affaires sans y prendre grand soin, elle laissa son manteau traîner par terre un moment. Quand elle se retourna pour partir d’un pas furieux, son regard croisa celui de Seth. Elle le foudroya, et il détourna vivement la tête. Le bruit de clochette de la porte d’entrée annonçait un adieu sans retour, il ne la reverrait sans doute jamais cette triste dame. Mais honnêtement il s’en foutait un peu. Il aimait inventer une vie à tous les inconnus qu’il rencontrait. Les sentiments que chacun laissait transparaitre en disaient long, Seth avait une imagination débordante et quand il la laissait s’échapper, il avait du mal à revenir dans le monde réel. Le jeune homme savait que cette empathie était une qualité rare, mais parfois il aimait bien s’en amuser. En fait, il s’amusait de tout, c’était ça qui exaspérait et qui gâchait ses relations ‘amoureuses’, les filles aimaient bien les mecs marrants au début. Ca les séduisait, mais ça devenait rapidement un vice. C’est ce que Seth avait appelé : le paradoxe féminin.

    « Tu es très bien comme ça, élégant, classieux... T'es craquant, tu le sais mignon ? Tu vas lui plaire, ne t'encombre pas la tête avec ça. » C’était du sarcasme ? Parce que pour le coup, Seth avait un doute. Le clin d’œil de son oncle avait semé le doute dans son esprit et sa dernière affirmation l’avait complètement retourné. « Tu vas lui plaire ». Plaire à Hope. Dit à haute voix c’était étrange. Bien sûr elle ne le laissait pas indifférent, elle était charmante, belle, drôle (loin d’être son alter égo cependant), mais le jeune homme avait du mal à s’imaginer sortir avec la blondinette. C’était juste étrange. Oh, mais il pourrait bien s’habituer à l’idée ! Mais ça restait quand même bizarre. Il saisit une petite cuillère et la fit jouer entre ses longs doigts de pianiste. Geste nerveux qui n’échapperait pas aux sens aiguisés de son oncle arriviste. Il ne répondit pas mais son front se fronça et laissa apparaître un pli soucieux. Un autre pli s’ajouta au premier, pour signifier son inquiétude à être inquiet (je laisse méditer là-dessus, c’est profond). Si Hope arrivait à lui filer une ride, c’est qu’elle avait beaucoup plus d’influence sur lui qu’il ne le voudrait. Pas bon. Aller reprends toi mon grand ! C’est juste une fille, aussi géniale qu’elle soit ! « Quoique... de toute façon, il n'y a pas la place. » conclut Thomas en déposant sa fourchette. Seth appela le serveur pour régler l’addition. Aller au resto toutes les semaines allait finir par le ruiner. Surtout que le plat que le tonton choisissait n’était pas dans les premier prix ! Il introduisit sa carte de crédit dans la machine et poussa un petit soupir quand il composa le code. Il commençait à se demander si l’arrangement qu’il avait passé avec son oncle n’était peut-être qu’un moyen de manger à l’œil tous les jeudis. Mais l’argent n’était pas encore un problème pour Seth, qui avait un compte approvisionné tous les mois par ses grands-parents, assis sur une petite fortune. Ils essayaient tant bien que mal de la partager entre leurs quatre petits-enfants, tous plus dépensiers les uns que les autres. Seth retira le bout de plastique et laissa au serveur quelques piécettes, il fallait même qu’il s’occupe du pourboire !

    « Hum … » fit Seth pour toute défense. Thomas sembla déçu par ce manque de réaction parce qu’il en rajouta une couche et celle-ci fut plus offensive.

    « Au fait ! Tu vis bien ta reconversion avec ton colocataire ? »
    « De qu.. » commença Seth, interloqué, avant que son oncle poursuive dans un chuchotement.
    « Ce doit être quelque chose que de découvrir qu'on préfère les bites aux vagins.»

    Le jeune homme fut d’abord stupéfait d’entendre de tels mots dans la bouche d’un quadragénaire vieillissant, qui se revendiquait raffiné, poli et distingué. Il ne manquerait pas de lui rappeler cette phrase, la mémorisant mot pour mot. Après un instant de réflexion Seth compris où il voulait en venir. C’est vrai. C’était lui qui avait trouvé la petite annonce de Drew « cherche colocataire ». Tous deux ignoraient à l’époque que ce dernier était homosexuel. Ca ne posait aucun problème, loin de là, mais ce genre de vannes, Thomas ne s’en privait pas.

    « Je ne vois pas de quoi tu parles,
    répliqua Seth en feignant l’ignorance. Je suis très bien dans ma position, j’aime les vagins, même si Drew semble un peu déçu. Mais si TOI tu es décidé à changer de bord… ce qui peut se comprendre, à notre époque on peut se remettre en question à tout âge ! Ca aidera Drew à m’oublier … » c’était vachement gonflé, même de la part de Seth. Et méchant pour Drew, le pauvre, ce n’est pas comme si leur relation était ambigüe ou quoi que ce soit !
    Le jeune insolent passa sa veste et se dirigea vers la porte. Il jeta un dernier coup d’œil à sa montre … il aurait largement le temps d’aller acheter des fringues sortables, il connaissait un magasin tout près d’ici, et en plus c’était les soldes ! Oui, il ferait un crochet là-bas, Thomas se débrouillerait pour trouver la roue tout seul ! Même si sa vision pouvait s’être altéré au fil des ans ce n’était pas le genre de monument qu’il était facile de louper.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿ Je me sens si seul le vrendredi soir   Mar 7 Fév - 19:54

Il ne répondit rien à sa première boutade. Il en fut déçu en effet, mais ne releva pas. Il le regarda arriver. Il était jeune et beau. Il sourit encore, ça le rafraîchissait d'être entouré de tant de jeunes. Hope, Beth, Seth... il sentait que la vie pour lui, n'était pas prête à prendre fin, même si elle était bien entamée. Quand il était petit, il était persuadé que les gens mourraient à 100 ans tout pile. Tu es né le 7 ? Nous sommes le 6 et tu as 99 ans ? Minuit, PAF, t'es mort. Si on continuait dans cette logique, Tom n'avait pas dépassé la moitié de sa vie. Il fut soudainement plus léger.

« Je ne vois pas de quoi tu parles. »

Non bien sûr ! Ce n'était pas la jolie frimousse de Drew qui se baladait dans l'esprit du jeune brun mais celle d'une belle blonde. L'attachement de Seth pour Hope attendrissait le vieil homme et l'inquiétude que le jeune garçon se faisait pour elle et ses jugements l'amusait plus encore. Lui aussi avait été amoureux et même fou d'une femme. Il lui avait fallu du temps avant qu'elle ne lui cède.
En y resongeant, il se rendit compte qu'il n'avait pas vu une seule fois son neveu tendu depuis le début de leur rendez-vous habituels. Il l'avait vu désespéré ou grognon, au sujet de la musique et de l'école de commerce mais jamais tendu. Le stress semblait être une notion qu'il ne voulait pas appréhender. Les choses l'atteignaient mais que de loin. Seth, c'était comme son oncle : la force tranquille. C'était le sourire candide, c'était la clarté d'une peau.

« - Je suis très bien dans ma position, j’aime les vagins, même si Drew semble un peu déçu. Mais si TOI tu es décidé à changer de bord… ce qui peut se comprendre, à notre époque on peut se remettre en question à tout âge ! Ca aidera Drew à m’oublier…
- Mais, dit-il avait le plus grand sérieux du monde, j'ai déjà changé de bord. Il s'appelle Raphaël, 50 ans. Il est beau »

Des étoiles dans les yeux, il quitta le restaurant. Du coin de l'oeil, il vit le jeune garçon vérifier sa montre. Une fois qu'il fut sorti lui aussi, il sorti un billet de son portefeuille et le lui tendit. Il était parti avec une grosse somme d'argent qu'il ne dépensait pas pour le moment, ne vivant que de son argent dû à Critical. Il garde sa petite fortune, témoignage de sa sulfureuse vie américaine, pour les anniversaires, les bonnes occasions ou les crises. Il faisait une petite entorse aujourd'hui, mais ce n'était pas ça qu'il allait le ruiner. Et dire qu'il le faisait payer le déjeuner...

« Vas te faire beau le temps que je demande en mariage Hope et qu'on s'aime un petit peu, elle et moi. »

Thomas lui fit un drôle de sourire. Tendre et protecteur, celui que Dakin aurait dû offrir à son fils quand il l'envoyait pour Londres, sur le quai de la gare.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿ Je me sens si seul le vrendredi soir   Mar 7 Fév - 21:55

    Seth tira la porte au lieu de la pousser. Ca ne ratait jamais. Il soupira en ricanant intérieurement. Certaines personnes étaient donc maudites pour l’éternité et vouées à se prendre des gros vents à chaque portes ? Bon sang, mais même si l’indication était inscrite en vert fluo clignotant, Seth serait capable de faire l’inverse ! Quand la porte vitrée où le nom de Gold Knife était inscrit en lettres dorées bascula enfin, le froid s’abattit sur le visage de Seth comme une morsure vicieuse. Il soupira, et une fumée épaisse s’échappa de sa bouche. Londres, en hiver. Joie.

    « Mais, j'ai déjà changé de bord. Il s'appelle Raphaël, 50 ans. Il est beau »

    Pour la deuxième fois, Seth ouvrit grand les yeux, ce qui le fit un peu pleurer. Quelle saloperie l’hiver ! Bref, son oncle avait un sens du sarcasme et de l’ironie particulièrement développé. Le jeune homme le maniait plutôt bien lui aussi, mais avec Thomas, parfois, il avait des doutes quand au sérieux des propos de ce dernier. Il avait sorti ça d’un air posé, et ça n’étonnerais pas beaucoup Seth. C’était un homme qui avait vécu, expérimenté toutes sortes d’expériences dans sa vie… c’était normal après tout ! Et puis ce petit air efféminé que son oncle arborait quelques fois ne trompait pas, Seth s’était toujours interrogé à ce propos, il était maintenant fixé ! Il rit de bon cœur, aspirant l’air glacé, qui s’engouffra dans ses poumons et les transforma en deux gros glaçons.

    « Brrr … ça… j-je le sa-savais ! » s’exclama-t-il en grelotant. Pourquoi il n’avait pas pris de bonnet ? Tout le monde avait un bonnet ! Ou une capuche du moins. Mais ses maudites vestes trop formelles … grands dieux, tout ce qu’il demandait c’était un de ses sweats ! Thomas quant à lui semblait s’être accoutumé à la température digne du Pôle Nord. Aussi, quand il tira son portefeuille (élégant, en cuir, normal), et en sorti un gros billet, Seth en conclu qu’il était le neveu du Père Noël. En quel honneur cet argent monsieur Williams ?

    « Vas te faire beau le temps que je demande en mariage Hope et qu'on s'aime un petit peu, elle et moi. »

    Seth nageait en pleine hallucination. De l’argent pour faire du shopping ? Sous ses airs bourrus de vieil oncle qui laissait payer le resto toutes les semaines, Tomtom était loin d’être un radin ! Le visage de jeune homme s’éclaira. Il saisit d’une main grelottante et rouge écarlate le billet et bégaya quelques remerciements la mâchoire toute engourdie. Pour toute réponse le vénérable ancêtre afficha une mine illuminée, sereine, protectrice. Seth regrettait parfois que son oncle ne soit pas son père, il tenait ce rôle presque mieux que ce dernier… D’un air amusé, le beau brun constata que Thomas s’en allait dans la mauvaise direction, bah ! Il retrouverait bien son chemin, tous les chemins menaient à l’œil de Londres. Mais sa route à lui était un peu détournée par l’appel à la consommation. Dans un dernier élan du courage, il enfonça ses écouteurs dans ses oreilles écrevisses et mit en marche son I-pod. Plug In Baby de Muse. Parfait.

    D’un pas vif, il marcha vers le sweat promis.

    FIN_

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: PV ✿ Je me sens si seul le vrendredi soir   

Revenir en haut Aller en bas
 

PV ✿ Je me sens si seul le vrendredi soir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» le Théatre des Sens
» "Je ne veux pas faire dodo tout seul, je vomis"
» Des consignes de votes dans tous les sens : ça fait désordre
» vivre seul à deux
» Enlever la lecture seul document Word
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BE AN ARTIST ϟ :: LE HORS JEU :: 
RPS TERMINÉS.
-