Partagez | 
 

 PV ✿Une marche véritable dans les rues de la ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: PV ✿Une marche véritable dans les rues de la ville   Lun 20 Fév - 18:03

:hii:

« Hum… Elisabeth vous avez dit, c’est ça ? »

Thomas fit tourner sa cuillère sur la table, méprisant le café qu'on lui avait servi. Il regardait partout sauf les yeux de la jeune femme assise en face de lui. Il guettait la porte : la sortie était proche et la fin aussi. Il s'agita sur son siège et soupira. S'agacer ne servirait à rien. Il posa assurément ses mains jointes sur la table et fini enfin par planter son regard dans celui de la femme. Ils étaient tous les deux bleus mais celui d'Elisabeth était plus vif, plus jeune, alors que celui de Thomas était un peu éteint. Et fêlé.
Il sourit, étirant sa fine moustache. Il était ici à cause de son neveu, qui trouvait que son oncle se laissait aller et qu'il fallait qu'il se trouve quelqu'un. Si Thomas allait mal, il le cachait bien : il était impeccablement vêtu et sa mine ronde était fraiche, comme celle de la demoiselle en face de lui. Elle avait un joli minois anguleux et un sourire charmant. Thomas prit une grande inspiration et s'alluma une Blue.

« Donc, Elisabeth, est-ce que je peux vous demander ce que fais une aussi charmante jeune femme tel que vous à un speed-dating ? Elle n’en a pas besoin pour ébranler les cœurs. »

Thomas n'était pas intéressé. Elle était trop jeune, il n'aimait pas ça. A chaque fois qu'il voyait une jeune femme, il pensait à sa fille. S'il couchait avec une, c'était comme s'il couchait avec son enfant et l'inceste était une chose qui le faisait frissoner. D'effroi, bien sûr. Il préférait les femmes de sa génération. Aujourd'hui à 40 ans, on est encore beau. Il resourit polimment.

« Que faites-vous dans la vie ? Vous vivez depuis toujours à Londres ? »

C'était des questions risquées car elles pouvaient tout naturellement se retourner contre lui : ah vous venez tout juste d'arriver ? Ca se sent à votre accent Tom. Thomas Williams vous dites ? C'est marrant, un grand journaliste a le même nom que vous. D'ailleurs vous lui ressemblez !
Tom tira sur sa cigarette et baissa les yeux sur son café avec un sourire étrange. Elle est trop jeune pour le connaître, trop jeune pour s'intéresser aux ondes et aux journeaux politiques et américains. Néanmoins, quelques jours avant, il avait rencontré une fille, apparemment plus jeune qu'Elisabeth, qui avait falli le reconnaître.
Thomas n'était pas très prudent... mais il n'avait pas non plus envie de vivre dans la crainte. C'était ridicule.
Il releva les yeux, plus sûr de lui. Il masqua ses doutes et troubles en un autre sourire, comme il savait si bien le faire. Malgré tout, Tom était un homme fragile.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿Une marche véritable dans les rues de la ville   Lun 20 Fév - 19:42

« Oui, c'est ce que je vous ai dit, Monsieur ? »

Je déviais mon regard doucement de ses yeux pour trouver une horloge me donnant l'information que je souhaitais, j'avais encore trois heures pour faire les courses, ce qui était plus que largement suffisant. Je ne comprenait vraiment pas comment j'avais réussi à me trouver ici, une de mes amies m'avait invité à boire pour ne pas me dire qu'elle avait peur de venir à un speed dating seule. Quand je compris enfin ce qu'elle avait prévu, mon nom était déjà écrit sur une liste, je ne pouvais donc pas partir et je ne le ferais pas, j'assumer les erreurs de ma naïveté puis, cela ne doit pas être si horrible que ça.

Je sortis de mes pensées en voyant la personne en face de moi arrêter de bouger puis poser calmement ses mains sur la table. Afin d'êtres polis je reposais mes yeux sur lui, l'homme en face de moi avait une moustache qui lui allait très bien d'ailleurs, c'était un caractère qui n'est pas beau sur tout le monde. Dans le cas ici présent cela donnait une touche d'excentricité sans pour autant être de trop. Je n'avais pas vraiment écouté les personnes qui était passé devant moi étant donné que ses charmants jeunes hommes passaient leur temps à dire des choses incompréhensible.

Je lui souriais doucement un peu gêné d'être ici puis je le vis allumer une cigarette avant de le voir reprendre la parole. Thomas me demandait d'une façon flatteuse la raison de ma venue, je le sentais réticent comme si il n'aimait pas être ici, quelqu'un l'avait peut être forcée comme moi. Mes doigts tapotait nerveusement sur la table, j'aurais vraiment préférée développer mes photos que d'attendre la fin de cet évènement.

« A vrai dire j'accompagne une amie, elle m'a prévenue au dernier moment que je participais à un speed dating. Et vous, quelle est votre raison ? » demandais-je les yeux plein de curiosité.

Ce n'est pas qu'il était vieux, mais la plupart des personnes dans la salle n'était pas vraiment dans la même tranche d'âge, c'est pour cela que je me demandais bien ce qui avait pu le pousser à venir ici. Je n'eus pas le temps de penser à autre chose car il me posa une autre question, quel était mon métier et si je vivais depuis longtemps ici.

« Je suis photographe et à vrai dire je ne vis pas ici depuis longtemps. Je viens de Cambridge, c'est un peu la campagne par rapport à ici. Je devine que vous n'êtes pas anglais cela s'entend un peu à l'accent, pourrais-je savoir quels sont vos origines ? »

Monsieur Williams fumais tranquillement, un sourire au lèvres, le regard rivés sur sa boisson, j'avais l'impression de l'avoir déjà vu quelque part, sur le quatrième de couverture d'un des livres de la bibliothèque familiale. Je n'en étais pas vraiment sure donc autant ne pas évoquez quelque chose qui peut être totalement, je portais la tasse de mon chocolat à mes lèvres pour en prendre une gorgée. Il releva sa tête à peu près en même temps, un nouveau sourire sur ces lèvres, cet nouvelle rencontre était intéressante, la personne en face de moi plutôt, il avait l'air très gentil, mais bon, ce n'est qu'une première impression.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿Une marche véritable dans les rues de la ville   Lun 20 Fév - 20:58

Elisabeth claquait ses ongles parfaits sur la table, en rythme. Ces doigts étaient fins mais les veines étaient nettement visibles. Anxieuse Elisabeth ? Impatiente ? Il prit une grande inspiration, sentant battre son coeur calmement en imaginant celui de la jeune blonde plus rapidement. Il souriait toujours, sa cigarette coincée entre son index et son majeur.

« A vrai dire j'accompagne une amie, elle m'a prévenue au dernier moment que je participais à un speed dating. Et vous, quelle est votre raison ? »

Il laissa échapper un rire. Ainsi donc, ils s'étaient tous les deux faits prendre. Mais Thomas était trop orgueilleux pour le montrer. Il se racla la gorge, il articula doucement, d'une voix enrouée par le froid. Londres subissait les rafales rageuses d'un vent glacial et on tombait facilement malade. La grippe était d'ailleurs revenue en Europe, mais on n'en parle pas autant que la H1N1. Il répondit

« ...Un neveu trop soucieux...»

Petit sourire gêné, chute d'un regard vers une tasse et rire complice. On est dans le même bousier, en gros. C'est un peu triste. Il relacha tout l'air de ses poumons. Il releva les yeux mais pas la tête quand elle ajouta :

« Je suis photographe et à vrai dire je ne vis pas ici depuis longtemps. Je viens de Cambridge, c'est un peu la campagne par rapport à ici. Je devine que vous n'êtes pas anglais cela s'entend un peu à l'accent, pourrais-je savoir quels sont vos origines ? »

Thomas tiqua. Photographe ? Il sourit largement. Intéressant... il pourrait toujours chambrer son stupide neveu gay. Thomas n'était pas du genre méchant mais les taquineries ça le connaissait. Généralement il embêtait son "premier" neveu, Seth, mais pourquoi Raphaël ne pourrait-il pas non plus avoir droit à cet acte charmant d'amour ? Gorgé de tendresse ?

« Non en réalité je... Il hésita. Elle avait son nom, son visage... Je viens de Saint-Louis. Un pattelin paumé, pire que Cambridge, dans l'état du Mississippi... aux... Etats-Unis... »

Ca voit se perdit dans le brouhaha de la salle. Ce n'était pas faux, si on y repense. Il avait d'abord vécu à Saint-Louis avant de déménager à New York pour une soudaine vie à deux cents à l'heure de journaliste. Vie impitoyable, qui plus est. Maintenant il était plus tranquille à Londres. Il vivait encore un peu dans la peur de voir resurgir son passé au coin d'une rue mais à part ça, il se sentait bien. Les gens le laissaient globalement tranquille et il pouvait vivre sa retraite prématurée en toute quiétude.

« Photographe... je connais deux photographes : mon neveu, l'idiot qui emmené ici et une collègue. Pourtant, avec tout ça, je n'arrive pas à être sensible à ce domaine... que je dénigre pas bien sûr ! »

Thomas avait du mal avec la photographie, il préférait le cinéma. Il aime quand il y a du mouvement, pas forcément de l'action, ces films préférés sont généralement d'une lenteur assomante... mais simplement du mouvement. Le mouvement d'un corps sous la lumière... les mouvements des cheveux d'une femme qui se balance la tête dans tous les sens pour se les sécher... qui se balance... qui se balance tant et si bien que ça en devient... effrayant... Nostalghia d'Andreï Tarkovski. Un film qui avait profondément marqué le quadragénaire. Thomas se redressa, sortant de sa rêverie? et resourit. Tout s'arrange après un sourire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿Une marche véritable dans les rues de la ville   Ven 24 Fév - 17:16

Je me mis doucement à m'appuyer contre le dossier de ma chaise afin de m'éloigner discrètement de la fumée, ce n'était pas une des odeurs que j'appréciais vraiment, en fait pas du tout, mais je tolère quand même les personnes qui fume près de moi, sans être impoli, j'essaye de me comporter normalement. J'entendis un rire sortir de sa bouche après que j'ai fini d'expliquer pourquoi je m'étais retrouvé dans cet endroit, il s'est ensuite raclé la gorge avant de souffler « ...Un neveu trop soucieux...» . Je pense que nous étions pas les deux seules personnes dans la pièce à être venu contre leur gré, ce n'était pas vraiment le type d'évènement qui plaisait à tout le monde.

« Ah oui je vois, vous devriez pas vous laissez faire, vous n'êtes pas sénile ou impotent donc, dites à votre neveu que vous pouvez par vous-même trouver quelqu'un qui sera votre conjointe autant de temps qu'il le faudra. » suggérais-je calmement.

Après tout, c'était un homme charismatique qui sait tenir une conversation intéressante, je ne pense pas qu'il ai besoin que quelqu'un l'aide pour trouver celle qu'il aime. Je répondis à une de ses question en disant que j'étais photographe ce qui fit dessiner un grand arc de cercle sur le visage de la personne en face de moi. Je me demandais bien pourquoi le mot photographe le rendait heureux, cela devait être un bon souvenir ou une de ses connaissances qu'il apprécie qui est photographe. Thomas m'expliqua d'une manière hésitant qu'il venait des Etats-unis d'une petite ville encore plus perdu que Cambridge.

J'avais toujours rêvé de voyager de plus les Etats-unis regorge de paysage à photographier ou tant d'autres petits objets qui sont habituellement pas important à regarder. Mais il n'y a pas que ça, il faut aussi photographier des personnes que ce soit à plusieurs ou seule, en mouvement ou immobile, on trouve toujours quelque chose à prendre en photo. Thomas m'expliquais que son neveu était aussi photographe puis qu'il n'arrivait pas apprécier le domaine de la photographie sans pour autant le juger d'inutile bien au contraire. Je ne pouvais pas lui reprocher cela, chacun à ses goûts, certain adore le rose tandis que d'autre le déteste et on ne peut forcer quelqu'un à aimer quelque chose, ça ne marche jamais.

« Dommage, je vous voyais très bien parcourir les expositions de photos ou de peintures. Personnellement j'aime bien parcourir les galeries afin d'y trouver de l'inspiration des méthodes auxquelles je n'avais pas penser. » dis -je en souriant « Quant à vous, quel métier exercez-vous ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿Une marche véritable dans les rues de la ville   Lun 27 Fév - 14:40

Elle se rejeta lentement dans son siège mais Tom ne la regardait plus. Il fixait les yeux baissés, ses pouces sur la table. Par politesse au moins, il souriait. Il s'ennuyait. Il en avait marre d'être ici. Elisabeth semblait gentille mais un peu gourde. Il n'aimait pas les gens simplets. Tom était relativement ouvert, mais l'oisiveté spirituelle, l'étroitesse d'esprit -justement- et la bêtise étaient des points sur lesquels il était d'une intolérance carnassière. Elisabeth n'était pas tout à la fois non, ce devait bien être pour ça d'ailleurs que Thomas n'arrivait pas à ne pas l'apprécier. Elisabeth était gentille...

« Ah oui je vois, vous devriez pas vous laissez faire, vous n'êtes pas sénile ou impotent donc, dites à votre neveu que vous pouvez par vous-même trouver quelqu'un qui sera votre conjointe autant de temps qu'il le faudra. »

Perplexe, Tom fronça des sourcils et se mordit la lèvre inférieure, pianotant ses doigts gauches sur ceux droits. Il y avait quelque chose d'absolument pas naturel dans sa réponse. Jamais vous ne rencontrerez de personne qui vous parlera réellement ainsi. Du moins c'était ce qu'avait pensé Thomas Lanier Williams jusqu'à ce jour. C'était troublant, cette manière de ne pas finir ses phrases quand il le fallait... de plus, vous ne rencontrerez personne d'apparence aussi distinguée avec un tact et une diplomatie aussi maigres. L'indélicatesse de la jeune blonde l'avait dérangé, ce qui se vit dans son sourire. En même temps, cela confirmait les précédentes pensées du journaliste.
Il pinça ses lèvres fines...

« Vous NE devriez pas vous laisser faire… »

Autre point très agaçant chez Thomas : ce besoin de reprendre les gens dans leurs fautes. Il ne le faisait pas tout le temps. Avec son neveu Seth, un peu, pour le taquiner et se moquer de lui ; avec son neveu Raphaël, gentiment, mais rarement pour ne pas le vexer et surtout... jamais avec les femmes. Selon ses principes de bon gentleman, il n'aurait pas relevé. Une indélicatesse pour une autre, Elisabeth et Thomas étaient maintenant quittes.
Mais c'était vrai : il lui arrive peut-être de faire des erreurs, Tom ne supportait de toute façon pas ça. Alors ça lui arrivait relativement rarement.
Il sourit, un sourire qui voulait en dire long : merci, mademoiselle, de m'exposer votre avis à vous, ma cadette de plus de vingt ans certainement. Merci, mademoiselle, d'admettre qu'à 45 ans, nous ne sommes pas encore mort ni sur le point de l'être. Merci, mademoiselle, de croire en moi dans ma quête de la femme parfaite. Quête que je ne mène pas. Mais elle ne pouvait pas savoir pour ce dernier point. Tom, de femmes, il en avait eu une. Extraordinaire jusqu'à un certain point... il n'était pas prêt à renouveler l'expérience. Après il est naturel de penser qu'il est en train de chercher quelqu'un : il est à un speed-dating.

« Dommage, je vous voyais très bien parcourir les expositions de photos ou de peintures. Personnellement j'aime bien parcourir les galeries afin d'y trouver de l'inspiration des méthodes auxquelles je n'avais pas penser. »

Il retint un grognement. Il manquait une pause dans son souffle. Elisabeth aurait-elle des problèmes d'élocution ? Serait-elle une femme naturellement tendue ?
Il préfèra ne pas porter trop d'attention à tout ceci et il médita sa réponse. Il eu alors un doute et il se figea, relevant enfin les yeux sur ceux de la blonde : n'y avait-il pas des risques de copie ou de trop grande influence ? Elisabeth descendrait, aux yeux de Tom, plus du mouton que du singe.

« Quant à vous, quel métier exercez-vous ? »

Il prit une grande inspiration d'air alcoolisé et de fumée. Il répondit simplement. Deux syllabes qui expliquait un peu ses dernières paroles :

« J'écris. »

Et autant dans ses écrits qu'à l'oral, il savait terminer ses phrases quand il le fallait, mettre les virgules où il le fallait, ne rien dire quand il le fallait, dire les choses comme il le fallait...
Il porta sa cigarette à ses lèvres, il l'avait laissée se consumer trop longtemps et il n'avait pas pensé à en enlever les cendres. Elles tombèrent sur le dos de sa main et il se brûla. Il eu un sursaut puis la douleur fut tolérable et il retrouva le contrôle total de son visage.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿Une marche véritable dans les rues de la ville   Mar 28 Fév - 22:35

Je regardais toujours la personne en face de moi, le sourire dessiné sur mon visage, je commençais vraiment à regretter venu étant donné que j’étais confronté à une personne assez irascible, je me demandais pourquoi je restais aimable et souriant alors qu’il n’avait pas vraiment l’air de m’apprécier. Le sourire qui était figé sur son visage était seulement par respect, sinon il n’aurait pas cette expression, au moins Thomas était un minimum aimable, c’était déjà ça. Soudainement il se mit à froncer les sourcils, apparemment j’avais dit quelque chose qui l’énervait, déjà qu’il ne me portait pas vraiment dans son cœur cela n’allait pas aider. Son sourire changea, et d’après mon intuition cela ne signifiait rien de bon, je soupirais quand je l’entendis seulement corriger ma phrase mais, cela était quand même assez inconvenant. Je crois que je m’étais mal exprimé ce qui avait pu blesser l’ego, ma maladresse avait encore frappée, je ne comptais plus le nombre de fois où elle m’avait jouée des mauvais tours.

Thomas reposa ses yeux vers moi après que j’ai expliqué que je le voyais arpenter les galeries, comme on dit souvent, il ne faut pas se fier aux apparences, Thomas qui avait au début l’air d’une personne adorable était en fait plus ou moins exécrable. L’homme moustachu me répondit sèchement qu’il travaillait dans un métier en rapport avec la littérature, juste après il se brûla la main, en faisant un petit saut. Je ne pus retenir un sourire car la scène avait été assez marrante, je pris ensuite ma tasse en buvant quelque gorgée « Je vois, cela doit être un métier intéressant… ». Je ne rajoutai rien de plus ne voulant recevoir une nouvelle remarque, le bruit de la fin du speed-dating retentit et je soupirais de soulagement me disant que j'allais pouvoir rentrer tranquillement chez moi.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: PV ✿Une marche véritable dans les rues de la ville   Mer 7 Mar - 11:03

« Je vois, cela doit être un métier intéressant… »

Son ton était bas, sans envergure. Thomas préférait cela : la littérature et l'écriture ne devait pas être quelque chose de parlant pour la jeune fille. C'était particulièrement compréhensible, c'était comme lui et la photographie. Il appréciait la franchise, peut-être involontaire, de la jeune blonde. Ce n'était pas comme gens qui, avec un grand sourire et un regard de poisson mort, vous disaient : "c''est vrai ? Mais moi aussi j'aime beaucoup ça ! J'écris aussi ! La Poésie dominera le monde", alors qu'ils ne savent même pas ce que c'est. Aujourd'hui, beaucoup écrivent mais peu lisent encore.

Un gong aiguë les sortir de leurs pensées. Autour d'eux, des gens se levaient en hâte et d'autres prenaient leur temps, toujours en parlant. Elisabeth et Thomas, eux, restaient assis sans rien dire. A ne pas se regarder, à réfléchir.
Il se leva le premier. Il n'avait pas envie de s'attarder à ce speed-dating et il restait encore plusieurs tablée. Après une poignée faussement amicale, prenant la main petite et froide dans la sienne grosse et chaude, et un sourire poli, il franchit les quelques mètres qui le séparait d'une nouvelle rencontre.

En conclusion, la précédente avait été ni bonne ni mauvaise, juste sans réel intérêt.
Il détailla la jeune femme à qui il devait parler durant 5 mins : elle avait un nez de pigeon et les dents trop en avant, elle avait dû manquer d'appareil dentaire plus jeune. Il vérifia l'étiquette...

« Hum... Berthe, c'est ça ? »

Thomas fit tourner sa nouvelle cuillère sur la table, méprisant le café qu'on lui avait de nouveau servi. Il regardait partout sauf les yeux de la jeune femme assise en face de lui. Il guettait la porte : la sortie était proche et la fin aussi. Il s'agita sur son siège et soupira. S'agacer ne servirait à rien. Il posa assurément ses mains jointes sur la table et fini enfin par planter son regard dans celui de la femme. Ils étaient noirs. Ils se souvint d'avoir lu, quelque part dans un magazine, que ça n'existait pas. Que ce n'était qu'un marron qui veut se faire prendre pour du noir.
Il sourit, étirant sa fine moustache,une grande inspiration et s'alluma une autre Blue.

FIN
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: PV ✿Une marche véritable dans les rues de la ville   

Revenir en haut Aller en bas
 

PV ✿Une marche véritable dans les rues de la ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BE AN ARTIST ϟ :: LE HORS JEU :: 
RPS TERMINÉS.
-