Partagez | 
 

 Première sortie dans Londres [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Première sortie dans Londres [Libre]   Mer 29 Fév - 13:39

Je sortis difficilement des bras de Morphée. J’aurai bien dormit plusieurs heures de plus. Mais je devais aller travailler. J’av ais une grande séance de photo pour Dolce & Gabanna. Je m’étais habillée comme à mon habitude sexy et je pris un taxi jusqu’à l’endroit où avait lieu mon rendez vous. Après avoir travaillé, effectuer mon job qui allait devenir dorénavant quotidien, je me tournai jusqu’au restaurant le plus proche. Une assiette de riz cantonais plus tard, suivit d’un petit verre de vin blanc. J’avais une aprèm de libre. Je retournais donc chez moi. Mon immense appart m’avait manqué. Gigantesque normal. J’avais tellement d’argent que je pouvais vivre sans travailler pendant plusieurs années. Je me mis en tête de faire du shopping. Trois heures plus tard et 2000$ de fringue dépenser, je retournai ranger toute ces affaires dans mon dressing. Et de jeter se que je ne mettrais plus. Normal, misse une fois, mes fringues n’étaient plus d’actualité. Enfin bref, je voulais sortir se soir. Histoire de faire connaissance avec certaine personne de Londres. Je n’étais pas d’ici à la base. J’allais finir par rester célibataire si je ne sortais pas. Sachant que les trois quart des mannequins avec qui je travaillais étaient gay, cela ne favorisait pas les relations de travail. J’allais donc sortir pour me trouver un jules. Histoire de remplacer mon footeux. Je voulais connaitre les boites de nuits branchées de Londres, et ramener quelqu’un chez moi, ou même aller chez un autre. J’avais envie de m’amuser, danser, me sentir aimer. Bref, sentir se que je savais, que j’étais sublime, intéressante et aduler par mes pairs.

Je voulais vêtir une tenue particulièrement sexy, histoire de faire bonne impression. Il devait obligatoirement y avoir de splendide boite de nuit dans la capitale anglaise. Un corsait rouge et noir, et une mini jupe sur des bas couleurs chair. Des escarpins blancs très hauts. J’étais vraiment sexy et fière de moi. Prenant un taxi, je me dirigeai jusqu’à une boite de nuit brancher, ou plutôt un club privé et branché. En quelques secondes, je fus sur la piste de dance, et je me déhanchais sur une musique entrainante. Coller aux lèvres d’un beau mec, il m’invita à boire un verre d’alcool. Cinq vodka pur plus tard, je commençai à être bourrée, et à me faire draguer, bel et bien. Un petit sourire planter sur mes lèvres, je rejetai ma chevelure d’un blond cendrée derrière mes épaules. Plusieurs yeux zieutaient dans mon décolleter. J’aimais être regardé. Comme toute les filles, mais à l’inverse de toute les autres, j’étais belle et je le savais. Se regarder dans le miroir était une des choses qui m’arrivait le plus souvent. En parlant de miroir, je pris la direction des toilettes, pour pouvoir retoucher mon maquillage parfait. Une touche de plus de mascara et du gloss sur mes lèvres plaines. Je ressortis et aussitôt un homme m’amena danser. Mais quelqu’un d’autre attira mon regard. J’envoyai valser celui qui voulait faire son slow en ma compagnie et je m’approchai du bar ou le beau gosse prenait la dose réglementaire d’alcool. J’en avais jusqu’à 5heure du matin, et il n’était que minuit. Je voulais en profiter, et se mec me semblait parfait.

-Salut toi. Magnifique sourire resplendissant Lydia et toi ?

Je lui fis un nouveau sourire et m’assis à ses côtés, commandant un verre de whisky coca. Portant l’alcool à mes lèvres, je souris et pris une pose sexy, croissant les jambes sur mon tabouret de bar, attendant sa réponse. Il était vraiment pas mal. Vraiment sexy. J’aimais les mecs comme lui, une dégaine de bad boy, un sourire séduisant. Mon style d’homme en fait. Légèrement pencher, histoire d e le faire profiter de mon décolleter plongeant, et il n’y avait pas rien à voir. J'avais toujours eu une poitrine magnifique, un joli bonnet D, on ne me disait pas non… Ou on le regrettait… Et puis, si lui ne voulait pas de moi, il y avait tellement d’autre personnalité intéressante dans se club. Bien sur pas le gratin de la société, les tenues ne ressemblaient pas à de longue robe de cocktail, plutôt à celle qui ne fessait pas dépasser sur un trottoir. Mais se n’était pas notre faute à nous les filles si les putes s’habillaient sexy et ne laissaient pas place à l’imagination. Dévoiler une grande partie d’un corps magnifique, je le fessais souvent. Comme toutes les anciennes populaires qui se respectent.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Première sortie dans Londres [Libre]   Mer 7 Mar - 17:43

    Seth pris une grande inspiration de l’air étouffant et enfumé de la boîte de nuit. Qu’est-ce que je fous ici, sérieux ? Le regard sombre et fatigué du beau brun balaya la salle que la plate-forme où il se trouvait surplombait. En dessous sur le dancefloor le DJ se prenait pour David Guetta, les filles aux robes et shorts les plus minuscules les uns et que les autres se tortillaient et faisait suer les mecs qui aimaient se coller à elles et les peloter sans aucune retenue. OK, bienvenue à cassosland... Le jeune homme ne savait pas par quel miracle, ou plutôt par quel malheur il était tombé ici. Il y a à peine une demi-heure, il était assis sagement sur son divan, révisant (pour une fois) ses partielles qui avaient lieu dans trois toutes petites journée. Pour se motiver il s’était même préparé une playliste spéciale qu’il avait nommée Motivation et dont le premier titre était Eye Of The Tiger le genre de musique parfaite pour garder la foi et réussir ses exams. Mais apparemment pas assez. Le beau brun avait cédé à l’appel de la nuit et à son blouson dans l’entrée qui lui faisait de l’œil depuis le début de la soirée. Il se souvenait très clairement avoir appelé un taxi, et après c’est genre… le vide total. Le vortex. Le trou noir. Et puis il avait débarqué ici, le jeune homme était d’ailleurs encore étonné que les videurs l’aient laissé entrer avec son jean et sa veste en cuir. Ils devaient vraiment être blasés et en rad de monde. Mais vu la super teuf que c’était à l’intérieur, ça semblait légitime.
    Seth s’appuya sur la barrière, avec une moue lassée. Il était en plein conflit intérieur. Son oncle Thomas allait juste le tuer. Le pianiste lui avait promis que jusqu’au partiels il ne squatterait plus les soirées, qu’il ne finirait pas bourré une fois de plus. Et paf ! Il venait de claquer dix-huit foutue livres pour entrer dans ce nightclub trop branché où les filles sortaient tout droit du dernier clip de Pitt Bull. Le comble c’est que côté finances, Seth ne roulait pas sur l’or en ce moment et que c’était la dernière chose qu’il pouvait se permettre : gaspiller son argent par des sorties inutiles. Le jeune homme se redressa et décida de filer vers les toilettes, histoire de se noyer dans l’évier.
    Comme il l’avait prévu, les sanitaires étaient nickel, là où dans les bars normaux il n’y aurait eu que du carrelage ou au mieux des vieux miroirs moisis et rayés par le temps, là c’était des vitres immaculées qui lui renvoyait son reflet avec une précision douloureuse. Seth se passa de l’eau glacée sur le visage, il en sortit les yeux rougis et les pensées pas plus claires. Il passa une main dans ses épaisses boucles brunes histoire de les arranger un peu (sa coiffure c’était vraiment n’importe quoi en ce moment), tout en détaillant son visage creusé d’énormes cernes. Il aurait facilement pu passer pour un camé. Mais non Hope, je ne me drogue pas, je REVISE pour une fois !
    Le jeune homme soupira encore une fois, il ne pourrait pas se planquer dans ces toilettes éternellement. Il fixa avec conviction son reflet dans le miroir et se regarda droit dans les yeux.

    « Ok. Seth. T’es un homme, t’as plus dix-huit ans. C’est fini la déconne mon gars. Donc, tu vas au bar, tu commandes un coca. Tu troll un peu les gens qui dansent dans le seul but de se donner en spectacle. Mais surtout, pas d’alcool, pas de drague, pas de sourire charmeur à aucune demoiselle. Pigé ? Ah, et tu rentres tôt aussi, avant deux heure. »


    Il secoua vigoureusement la tête, convaincu et sûr de ce qu’il faisait. Avant de sortir il s’accorda un dernier coup d’œil à la glace, et haussa un coin de sa bouche. Bon, au moins son fameux sourire-qui-tue-en-coin n’avait pas pris de ride avec le temps, s’il voulait, il pouvait toujours faire des ravages. Il poussa la porte des toilettes pour hommes, et encore happé par l’agitation ambiante. La musique était trop forte, les gens trop souls, une fille avait dégueulé trippes et boyaux à juste trois mètres de lui. C’était ça maintenant les soirées hypes pour les riches londoniens de moins de vingt-cinq ans ? C’était vraiment … pathétique.
    Seth était vraiment d’humeur à critiquer ce soir-là. Ça devait être les cinq jours passés à potasser non-stop, sans jeux-vidéo, sans alcool, sans vie sociale autre que les allées et venues de son coloc, qui LUI sortait. Le jeune homme plaignait la fille (ou le gars, on ne savait jamais) qui allait oser l’aborder et fatalement, s’en prendre plein la gueule. L’aigreur parisienne était une croyance populaire, tous les parisiens n’étaient pas relous, mais Seth était en parfaites conditions pour entretenir la réputation des habitants de la capitale Française. Il commanda son coca. La serveuse eut l’air étonnée, elle essaya de lui refiler des mélanges douteux à base de cola.

    « Coca nature, t’es sûr chéri ? Pas de Whisky ? Pas de Rhum ? Ou un petit cocktail ? »

    Mais Seth sut tenir face à la tentation. Il déclina assez sèchement les propositions de la barmaid et réussi enfin à obtenir sa boisson.
    A l’autre bout du comptoir, une jeune femme attira son attention. Blonde, plantureuse, son visage et son expression lui rappelait quelqu’un mais qui ? Elle sirotait un verre en compagnie d’un mec qui avait les yeux rivés sur son généreux décolleté. Seth la fixa dans l’espoir de remettre un nom sur cette tête. Le jeune homme ne dut pas le faire assez discrètement car la fille se mit à en faire tout autant. Soudain, elle planta son pervers de compagnie, se leva, et se dirigea vers Seth. Ce dernier prit une gorgée de coca et fit mine d’être concentré sur son breuvage.

    « Salut, on se connait ? »
    demanda-t-il d’un air détaché, ne quittant pas son verre du regard.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Première sortie dans Londres [Libre]   Dim 11 Mar - 10:50

Mon beau gosse m’avait répondu un prénom que je n’avais écouté que d’une oreille. Car un mec qui me fixait de l’autre bous du bar avait attiré mon attention, plus encore que l’idiot que n’arrivait pas à me regarder dans les yeux, trop occupé par mon décolleter généreux. Brun aux épaisses boucles brunes, des cernes immenses qui lui donnaient l’air d’un junkie, mais un visage familier. Une de mes nombreuses conquêtes de soirées, une personne avec qui j’avais couché alors que j’étais trop bourrée pour reconnaitre son faciès ? Toujours est-il que je cherchais dans mes pensées durant quelques minutes, quand enfin, une petite lumière fit TILT. Seth Williams, mon amant d’un soir. Une fiesta monumentale à Paris durant le peu de temps où j’étais en vacance là bas, avant que je rencontre mon riche ex fiancé. Mais j’en avais eu marre des soirées parisiennes, je voulais des soirées belles à siennes. Les nuits parisiennes de Louise Attaque me revenait à l’esprit des que je pensais à la capitale française. Durant cette soirée inoubliable, j’étais sortie avec lui, en nous avions finit chez lui, tout les deux dans un état lamentable. Je vous laisse deviner se que nous avions fait, en tout cas pas jouer aux carte. Un petit sourire en coin planté sur les lèvres je plantai mon ami de boisson et m’approchai du beau brun. Il n’avait pas changé, juste beaucoup plus fatigué. Je regrettais de ne pas être resté avec lui, qu’il ne soit resté qu’un amant d’une soirée. Il aurait pu devenir beaucoup plus. J’étais encore jeune, mais j’avais déjà manqué me marier une fois. Je voulais fonder une famille, arrêter les soirées où je finissais dans les bras d’un sinistre inconnu. Mes projets actuels consistaient à devenir actrice, et à trouver un petit ami. Seth risquait de ne plus être célibataire, mais je pouvais vite lui faire oublier toutes femmes, puisque j’en étais une d’exception. Alors que je m’approchai de lui, ses yeux quittèrent ma silhouette et se plongèrent dans son verre d’une couleur brunâtre que j’identifiai comme du coca. Pur ou mélanger à de l’alcool ? Aucunes idées, mais je pariais pour une ou deux gouttes de whisky. Mon verre de cocktail à la main, je m’assis en face de lui et avant même que je puisse lui dire bonjour, il me demanda, sans quitter sa boisson des ses belles prunelles.

« Salut, on se connait ? »

Mes prunelles s’écarquillèrent. Lui ? Me demandant cela ? Bon, je reconnais que notre aventure avait eu lieu il y a longtemps, deux ans… trois au maximum. Mais quand même, j’avais du lui laisser un petit souvenir. A l’entendre parler, rien du tout ! Je poussai un soupire, juste assez audible pour que lui l’entende, mais pas les autres. La musique faisait exploser les enceintes, mais nous étions assez loin pour pouvoir nous entendre parler. Je lui souris avant de lui répondre :

« -Lydia... Aucuns souvenirs ? En tout cas oui on se connait. Mais je n’ai pas l’air de t’avoir marquée… »

Une petite moue apparue sur mon visage. Craquante, mais dégoutée. J’aimais laisser des traces dans le cœur des hommes. Mais bien sur, le seul chez qui j’avais voulue rester présente m’avait lamentablement oublié. Génial. Enfin peut-être que la mention de mon nom aller raviver une petite parcelle de souvenir. Je n’étais quand même pas semblable à madame tout le monde ! Plus belle que la moyenne, mannequin, repérer par Dolce & Gabanna ! Il avait du voir mon visage de partout, dans les magasins, dehors agrandit. Me calmant, je sirotai mon verre, cherchant son regard. Lorsqu’ils se croisèrent, mon cœur accéléra. Je ne pus empêcher mes joues de prendre une petite teinte rosées, mignonne je l’avoue, mais preuve de faiblesse. Pour obliger mon visage à reprendre une teinte normal, je plongeai les yeux dans le breuvage que je sirotais depuis quelques minutes. La petite olive plantée sur une pique commençait à émerger. Je la sortie et la suçota avant de poser mon verre vide sur le bar. Je n’avais rien pour occuper mes mains, alors je pris une de mes rares mèches tirant sur le caramel et je jouais avec quelques secondes, tout en attendant un sursaut de liquidité de la part de mon bel interlocuteur. Allez Seth, réagit ! Lydia Johanson, une de tes plus belles conquêtes sans aucuns doutes ! Et une conquête qui n’était pas contre revenir dans tes bras en plus. Et faire le ménage dans ton cœur et ton cerveau.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Première sortie dans Londres [Libre]   Ven 23 Mar - 20:31

    Salut. On se connait. Cette réplique resterait dans les annales de la stupidité. Ca faisait vraiment soap opéra en plus. Le genre de série américaine supra-kitch qui mettait en scène Brad l’amnésique qui retrouvait Paméla l’amour de sa vie qui lui rendrait la mémoire quand il croiserait son regard d’un azur confondant et sa poitrine tout aussi confondante. Oui, c’était à peu près ça. Sauf qu’on était dans la réalité, pas dans une vieille série, à Londres, pas dans un bar sur la plage de Miami, et que si la réponse à la question était affirmative, Seth risquait de se sentir assez mal. Seth était ce garçon très populaire au lycée, qui aimait trainer avec sa bande de potes, qui avait une petite amie… tout ce que l’on peut demander socialement. Et sept ans après, il était toujours aussi sociables et avaient de nombreuses connaissances un peu partout, aussi bien à Londres qu’encore à Paris, même si garder le contact avait la distance était très compliqué. Dans tous les cas, ça le fichait un peu mal d’avoir oublié quelqu’un, aussi brève fut la rencontre.

    «Lydia... Aucuns souvenirs ? En tout cas oui on se connait. »
    M*rde. Et vu le ton indigné que cette fille prenait, elle ne devait pas avoir l’habitude de disparaître des mémoires. « Mais je n’ai pas l’air de t’avoir marquée… » ajouta-t-elle d’une voix pincée et agacée.

    Seth bu son coca cul sec. Ca faisait du bien de ne pas boire d’alcool pour une fois ! Lui qui avait prévu de rentrer tôt, cette rencontre imprévue le retiendrait un bon moment à blaireauland. Il tourna la tête vers la jeune femme, Lydia, donc, debout, plantée devant lui comme un piquet. Doucement, comme un enfant à qui on martyrise pour voler son déjeuner, il remonta les interminables jambes, la taille de guêpe, ses jolies formes pour enfin pourvoir reconnaitre son beau minois.
    Aaaah ! fut sa première réaction. Bon bah, plus de doute à avoir, les deux jeunes gens se connaissaient et même très très bien. La vue de ses lèvres roses et pulpeuses, de son visage fin, de son nez trop parfait, et de ses magnifiques yeux saphirs… Lydia. La Lydia. Ça devait être à Paris il y a presque trois ans. Cette période sombre de la vie de Seth où le jeune homme se contentait de errer, d’exister au jour le jour. Pas d’attaches, pas de boulot fixe, pas de petite amie fixe, des fêtes tous les soirs, des gueules de bois tous les matins et souvent, très souvent, une inconnue dans son lit. Pour sa défense, aujourd’hui, Seth était tout bonnement zombifié. Il dormait debout. Sinon il l’aurait reconnue ! Bien sûr qu’il l’aurait reconnue ! Lydia devait être la seule mannequin avec qui il avait jamais couché. Et cette nuit avait été assez mémorable, pour ce que Seth s’en souvenait !
    Cependant, la dernière remarque du modèle l’avait un peu chiffonné. Manquée ? Ouh là. Pour lui Lydia n’avait été qu’un … coup d’un soir ? (il détestait cette expression, c’était vraiment vulgaire) Il eut soudain un léger malaise, et une pensée à toutes les filles dont il avait le numéro et qu’il n’avait jamais rappelées. Il était jeune, il avait fait des erreurs, aujourd’hui il ne se comportait plus en tel gougeât. Mais bon, Lydia le considérait de la même manière ! Elle ne lui avait même pas laissé son téléphone, et s’il se souvenait bien, c’était elle qui s’était faufilée dès les premières lueurs du jour pour se soustraire à un déjeuner embarrassant. Alors pourquoi aurait-elle du lui manquée ? Elle ne s’attendait quand même pas qu’après leur torride partie de jambes en l’air, Seth fasse vœu de chasteté et se morfonde au fin fond d’une abbaye tout en murmurant au vent Lydiaaaa … ç’aurait été vraiment triste dans ce cas.

    « Lydia ! Mais si ! A Paris non ? Ça fait vraiment un bail ! »
    tu m’étonnes que ça fait un bail… Seth, on avait dit, pas de drague ! Alors comment embrayé sur un sujet pas romantique du tout ? Parler de sa vie ? « Qu’est-ce que tu deviens depuis tout ce temps ? » Ouais, c’était le genre de trucs qu’on pouvait sortir à une … ex ? Non, Lydia n’était même pas son ex. L’appellation ‘ex’ impliquait des sentiments, pas que Seth ne pourrait pas en ressentir pour la jeune femme mais … en fait il ne la connaissait même pas !

    « C’est quoi ta couleur préféré ? » demanda-t-il au tac-o-tac. Pourquoi ? Aucune idée.

    Seth, ne me dit pas que tu veux tisser un lien ?! Partiiiieeels ! No drague, no drugs !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Première sortie dans Londres [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Première sortie dans Londres [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BE AN ARTIST ϟ :: LE HORS JEU :: 
RPS TERMINÉS.
-